Les 7 Erreurs Fatales Du Chef D’entreprise



Note :
je les ai toutes faites au moins une fois dans ma carrière d’entrepreneur : )
Sur ce, on est parti pour ce top 7 spécial FAIL d’entrepreneur !

1. Ne pas parvenir à s’adapter au changement

Beaucoup d’entrepreneurs lancent un produit, une solution, un service qui répond à un besoin ou apporte une solution à un segment de leur marché. Et ils le font très bien… pendant un temps.

Mais les marchés changent. Les besoins des clients changent. Les solutions techniques changent. Ce changement est encore plus fréquent si vous travaillez dans le web ou les nouvelles technologies.

C’est là que la machine coince : les dirigeants de petites entreprises peinent à évoluer avec leur marché. Leur produit ou service, jadis si pertinent, s’éloigne progressivement du besoin des clients. L’entreprise est « larguée ».

Mon conseil : restez toujours à l’écoute de votre marché. Veille concurrentielle, veille technologique, sondages de vos prospects et clients doivent entrer dans vos tâches régulières.
Par ailleurs, soyez honnête avec vous-même. Veillez à ne pas vous attacher à un produit, une technologie ou une technique de marketing caduques, par peur du changement ou par crainte de vous remettre en question.

2. Sous-estimer l’importance de la culture d’entreprise

Beaucoup d’entrepreneurs pensent que créer un produit génial, qui résout un vrai problème, suffit pour réussir.
Pour une minorité – ceux qui peuvent fabriquer et distribuer leur produit ou service seul – c’est une réalité.

Mais pour tous les autres… Dès lors que vous devez embaucher pour vous développer, vous devez aussi consacrer du temps à définir une culture d’entreprise.

Mon conseil : si vous n’êtes pas convaincu de l’importance de la culture, lisez « L’entreprise du bonheur » de Tony Hsieh.
Le fondateur de Zappos, revendu pour un milliard de dollars (non ceci n’est pas une faute de frappe !) à Amazon, considère que la culture d’entreprise qu’il a créée est le premier facteur de succès de sa société.

3. Travailler trop, ne pas réfléchir assez

Il y une sorte de code d’honneur chez les entrepreneurs. L’une de ces règles tacites dit que le chef d’entreprise doit accumuler frénétiquement les heures de travail pour accomplir sa mission.
Soyons réaliste, ce n’est pas faux. Surtout durant les premières années d’activité, rien ne remplace le travail acharné pour développer son entreprise.

Néanmoins, les meilleures idées nous viennent quand nous ne sommes PAS en train de travailler. Ces idées salvatrices, ces « éclairs de génie », ces solutions tant espérées, apparaissent toujours pendant une période de pause. C’est lorsque l’on prend le temps pour le repos et la réflexion que la lucidité, la clairvoyance, la créativité viennent souffler leurs bons conseils à notre oreille.

Mon conseil : au lieu de vous focaliser sur le nombre d’heures que vous faites, comme si vous pointiez à l’usine, prenez du recul et laissez-vous le temps de réfléchir.
Consacrez un peu de temps chaque jour à la réflexion, à l’analyse. Et réservez-vous des périodes plus longues de repos au cours de l’année pour permettre à vos meilleures idées de remonter à la surface de votre conscience… au lieu de les noyer dans une frénésie d’activité.

4. Trop miser sur sa volonté et sa discipline

A son démarrage, une petite entreprise est presque toujours portée par la volonté sans faille de son ou ses dirigeants.
Tant que toutes les tâches sont gérables par cet individu ou cette équipe restreinte, l’entreprise continue de grandir.
Mais de manière inévitable, arrive un moment où le fondateur est dépassé par le flux d’activité.

Pour que votre entreprise atteigne son potentiel, elle devra donc reposer sur des process clairs, systématiques,… et – oui, vous vous en doutez – qui pourront être exécutés par d’autres.

Mon conseil : lorsque vous atteignez ce moment critique où votre volonté seule ne suffit plus à propulser votre entreprise vers l’avant, il est sérieusement temps de penser votre boîte en termes de process et d’équipe !

5. Etre uniquement en mode « défensif »

Lorsque qu’un entrepreneur lance sa société, il est plein d’une saine agressivité, il va de l’avant, innove, crée, tente…
Mais lorsque sa stratégie paie enfin, qu’il récolte le fruit de ses efforts et de son audace, que sa vision est confirmée par des retours économiques favorables, un curieux phénomène se produit. Notre entrepreneur a tendance à passer en « mode défensif ». Ses envies de conquêtes et de progrès se transforment en besoin de maintenir le statu quo pour préserver ses acquis.

Au lieu de continuer à viser la gagne, à innover, à prendre des risques et surprendre son marché, il s’attache (trop !) à ses victoires passées. Et c’est une excellente façon de finir par planter son entreprise.

Mon conseil : « Garder ce que j’ai » n’est pas un objectif stratégique sain pour une entreprise. Bien sûr, préserver ce que vous avez bâti est essentiel… Tant que cet état d’esprit ne vous fait pas manquer de nouvelles opportunités et perdre les qualités qui ont amené vos premiers succès.
Bref, gardez un œil sur le rétro mais allez de l’avant… au risque de devenir obsolète.

6. Vouloir tout contrôler et maîtriser

La plupart des entrepreneurs que je connais ont du mal à « lâcher la bride ». Je dois l’avouer, je n’ai pas moi-même la délégation facile !
Problème : lorsque vous voulez garder le contrôle sur toute votre activité, vous limitez de facto la croissance de votre entreprise.
Vous « plafonnez » votre société en la limitant à ce que vous pouvez contrôler, en la réduisant à VOS idées, à VOTRE capacité à créer et à mettre en œuvre les projets. Bref, vous passez à côté de la créativité, de la clairvoyance, des compétences de votre équipe.

Par ailleurs, ce comportement démotive votre équipe. Quoi de plus décourageant qu’un environnement où l’on en peut jamais laisser libre cours à ses idées, sa façon de faire, sa sensibilité ?

Mon conseil : n’hésitez pas à déléguer. Même si ça vous fait peur. Même si ça vous éjecte de votre zone de confort. Embauchez des employés ou des prestataires doués, donnez-leur des objectifs clairs et laissez-leur assez de liberté pour exprimer leurs talents.

7. Se focaliser sur les heures de travail au lieu des résultats

Compter de manière obsessionnelle ses heures de travail ou celles de ses employés, au lieu de s’intéresser aux résultats est une erreur que commettent nombre de chefs d’entreprise.

Nous enchaînons les rendez-vous plus ou moins pertinents, nous traitons 50 ou 100 emails juste parce que nous les recevons, nous accumulons les projets lancés en parallèle… Pourquoi ? Parce qu’on est au bureau dix ou douze heures par jour et qu’il faut donc bien s’occuper !
Pourtant les résultats ne suivent pas, nous n’atteignons pas les objectifs fondamentaux…

Idem pour ses employés, on les occupe, on veut qu’ils soient là tant d’heures par semaine, pourtant les actions vraiment importantes ne sont pas prises, les objectifs clés ne sont pas tenus…

Mon conseil : une façon bien plus efficace de gérer votre entreprise est d’être plus flexible avec vos employés… et avec vous-même ! Passer 10 heures au bureau chaque jour est inutile si les résultats ne suivent pas (c’est ce que les anglo-saxons appellent le « face-time », on montre sa tête au bureau mais on ne fait rien de bien).
Vous devez au contraire vous focaliser sur les résultats. Donnez à votre équipe des objectifs clairs et motivants et une deadline. Non seulement, ils ont plus de chances d’atteindre ces objectifs, mais ils seront plus épanouis dans un travail mieux adapté à leur style de vie.
Traitez-vous de la même façon, vous serez vous-même plus épanoui et efficace.

Boris

Sur le même sujet
Optimisation du référencement onpage, 2ème partie
5 Leçons de Business Essentielles que j’ai Apprises au cours de cette Année
Changer et améliorer par petites incrémentations
Développer une Stratégie de Contenu pour son Blog
26 Commentaires
  • Un excellent article ! Ce sont effectivement 7 erreurs qu’il faut à tout prix éviter lorsqu’on lance son Business.

    Et celle que je soulignerai le plus est celle-ci : Ne pas parvenir à s’adapter au changement. Surtout lorsque l’on entreprend sur internet d’ailleurs, un Monde qui évolue sans cesse. On peut être un expert un jour, et quelques mois plus tard, totalement dépassé, si l’on a pas suivi avec une grande attention les évolutions.

    Au plaisir de te lire et à bientôt ! :)

  • Stephane
    Répondre

    Bonjour Boris,
    j’ai beaucoup apprécié cet article, mais as-tu des conseils pour « montrer la voie »? comment l’expliquer aux gens qui font ces erreurs? leur dire qu’on ne veut pas piquer leur job… mais travailler en équipe?

  • Tout cela est bien vrai. Je dirai qu’il manque encore quelques conseils, mais cette liste n’a pas pour objet d’être exhaustive non?
    Je dirai qu’avant d’entreprendre, il faut absolument connaitre le métier et le marché dans lequel on se lance. Pour monter ma boite, je m’étais demandé si je ne ferai pas de la formation et du dépannage informatique, ayant quelque expérience personnelle dans le domaine. Après mure réflexion, travaillant dans la sécurité, dans le domaine du coffre-fort, je me suis lancé dans cette activité que je maitrise vraiment et je ne le regrette pas aujourd’hui.
    Il faut un atout qui me semble nécessaire et qui est souvent inné : Le sens du commerce.

  • Superbe article et tellement vrai. Le point 1 est primordial, il faut anticiper et la veille sert à cela. Veille qui pour vous je pense, comme pour moi, se fait dans ces moments où l’on a pas la tête dans le guidon.
    Ces quelques heures de dispo dans la semaine (point 3…c’est grave docteur ??) que je consacre à une « veille loisir » et qui apportent des éclaircissements sur les évolutions à mener.
    Merci pour vos tweets toujours pertinents

    Benjamin
    Serial start-uper

  • Merci pour cette analyse pertinente.
    Je me suis reconnu dans la phase 5, qui à duré une période.
    Il est nécessaire d’etre effectivement toujours en mouvement, ne pas s’endormir sur ses acquis.

  • Bonjour Boris,

    J’aime également beaucoup le point 3.

    Lorsque l’on se lance, on est inquiet. Et travailler rassure.

    Même si l’on ne fait pas ce qui est le plus important, travailler c’est « faire ce qu’il faut », ou « mériter le succès », parce qu’on est « quelqu’un de bien ».

    Mais au final le plus important est de travailler intelligemment, et pas forcément travailler beaucoup ou « bien travailler ».

    Je pense ce point, comme tous les autres listés ici, font partie de « l’état d’esprit » de l’entrepreneur, qui n’est pas si simple à acquérir, mais fait vraiment la différence.

    • Boris
      Répondre

      @Olivier, que ce soit après relecture de mon article ou de vos commentaires, il semble bien que ce point 3 soit l’erreur la plus fréquente des entrepreneurs…
      Réfléchir à ce que l’on fait, ne pas bosser pour bosser, c’est fondamental.

  • Bonne Croissance = Bonne Délégation = Bon recrutement
    Et si la RH était la pierre angulaire!

  • Le point 3 « Travaillez trop, ne pas réfléchir assez » me paraît crucial. Si on ne fait jamais de pause pour laisser décanter toutes les informations que notre cerveau ingurgite, il est difficile de faire le point sur la situation. Cela permet aussi de sortir du cadre propre au travail et d’adopter un autre point de vue sur le monde qui nous entoure, pas seulement en tant que chef d’entreprise.

    C’est un petit peu comme un randonneur en montagne, de temps en temps il s’arrête pour regarder sa carte sinon il se perd ou tourne en rond.

    • Boris
      Répondre

      j’aime ta métaphore qui illustre bien ce point !

  • Salut Boris,
    Zut, je crois que j’en ai fait quelques une de ces erreurs, mais je ne dirais pas lesquelles :-)
    Et je suis tout à fait d’accord avec la persévérance et l’adaptation.
    Pour moi ce sont les clés indispensables
    Merci et à bientôt
    Luc Mister-no-stress
    PS : si tu mettais ton blog en dofollow, ça serait encore plus sympa

  • Article intéressant,

    Je suis d’accord avec Omnireso, s’adapter au changement reste bien la chose primordiale pour pouvoir continuer à avancer.
    Il faut bien évidement misé sur la qualité plutôt que la quantité d’heures au travail.

  • Je suis entièrement d’accord avec ces 7 points.

    Je rajouterais, penser tout connaître. Souvent, les chefs d’entreprise ne se renseigne pas dans les institutions (CCI, CFE…) car ils pensent tout maîtriser.

    Grave erreur !

    • Boris
      Répondre

      @Ismaël : excellent ajout ; cela aurait dû figurer dans ma liste tant c’est un écueil répandu et nuisible.

  • Bonjour,

    Oui la vitesse d’adaptation au changement est primordiale !
    Surtout c’est le manque d’investissement en communication et donc le manque de croissance qui peut faire très mal !

  • il est claire qu’etre offensif, anticiper, avoir une vision à la fois sur le court et moyen terme, innover, être à l’écoute etc …

    voila bien des qualité parfois difficile à appliquer / mettre en oeuvre dans toutes les situations !

    quand on bosse bcp et bcp de client, difficile d’être à lécoute d’un marché de faire de la veille technologique / marketing

    sebastien

    • Boris
      Répondre

      ce sont des tâches sont le ROI court terme est dur à mesurer donc on les néglige. Pourtant, elles sont essentielles.

  • Merci pour cet article.
    Il renforcement mon engagement pour certaines actions que j’avais commencer à prendre dans mon entreprise.

    Je partage votre avis à 100%

    Bonne continuation

  • Terriblement d’accord avec cet article… Et en particulier avec deux points : « Consacrez un peu de temps chaque jour à la réflexion, à l’analyse.  » et vouloir tout contrôler et tout maitriser.
    Prendre le temps de faire une analyse régulière permet d’améliorer sa productivité et corriger d’éventuels problèmes. Déléguer et savoir s’entourer est également très important : on ne peut pas être bon partout, mieux vaut se concentrer sur nos atouts !

    • Boris
      Répondre

      @Stéphane: prendre le temps de la réflexion, c’est l’un des habitudes que j’ai eu le plus de mal à prendre mais qui désormais m’apporte le plus de benefices.

  • Bien vu,
    c’est exactement le problème savoir relever le nez du guidon pour faire le point régulièrement.
    Plus facile à dire qu’à faire…

    • Boris
      Répondre

      et c’est peut-être le point le plus important de cet article…

  • Bonjour Boris,

    L’erreur la plus importante selon moi, pour les entrepreneurs dont l’activité repose sur internet, est bien la première.

    S’adapter au changement, dans un environnement mouvant, instable (à court terme) comme le web, est primordial.

    Les récents mouvements de Google ont par exemple bouleversé le milieu MONDIAL du référencement internet, avec ses filtres Panda et Pinguin. CF article complet : http://blog.promoteur-internet.com/post/2012/06/06/le-monde-de-Google

    Et depuis quelques semaines, de très nombreux acteurs SEO, dans le monde entier, qui n’avaient pas anticipé ou qui ne peuvent s’adapter, déposent le bilan…

    La sanction dans certaines activités est donc sans appel : résister et durer, c’est s’adapter !

    • Boris
      Répondre

      très bon exemple que l’effet pingouin qui a changé la donne du jour au lendemain pour pas mal de monde sur le web…

      • Bonsoir Boris,
        je suis impression par vos explication je continuer a faire les 7 erreurs alors que depuis 2 ans j ai développé beaucoup mes 2 entreprises donc une double le CA et cherche une aide je n arrive pas trouve quelqu’un pour me décharger.

Postez votre Commentaire

Votre Commentaire

Nom*
Site Web