Travail à domicile sur internet : avez-vous les qualités requises ?

Travailler à domicile sur internet en tant que bloggueur professionnel, éditeur de sites de niche ou de petits sites d’e-commerce, consultant, graphiste, etc… est le rêve de beaucoup de gens. Mais tout le monde n’est pas (encore !) fait pour cette vie.

Menant désormais cette vie d’indépendant du web depuis 3 ans, j’ai essayé de lister les aptitudes indispensables pour ceux qui veulent gagner leur vie sur Internet.

Et la bonne nouvelle, c’est que ces 6 traits de personnalité peuvent être acquis avec de la discipline et de la pratique !

La flexibilité

Une fois passé indépendant, il est très difficile de maintenir la vie structurée que procure le monde de l’entreprise traditionnelle. Lorsque vous travaillez seul et/ou de chez vous, vous devez savoir gérer les interruptions et faire avancer les projets sans l’aide et les ressources disponibles dans une entreprise. Cela demande d’être créatif… et d’être prêt à réinventer la façon de faire certaine choses.

L’auto-motivation

Les indépendants du web qui réussissent ont une motivation interne : l’envie d’exceller dans leur travail. A l’inverse, beaucoup d’employés d’entreprise ont des motivations externes, à savoir : les récompenses… et la peur du patron. Lorsque vous n’avez plus à répondre à personne, mieux vaut avoir des sources de motivation internes fortes pour ne pas vous laisser aller.

La concentration

Travailler à domicile sur internet signifie que vous allez être confronté à de nombreuses distractions : les tâches ménagères à faire, les emails et coups de fil d’amis qui n’imaginent pas que vous bossiez vraiment, etc…
En tant qu’indépendant du web, vous devez être capable de garder les yeux sur vos objectifs toute la journée, malgré les distractions (et elles seront nombreuses).

L’organisation

Si vous travaillez sur le net, vous allez obligatoirement devoir traiter beaucoup d’informations,… et organiser votre propre emploi du temps. A mesure que votre affaire se développe, structurer votre travail va devenir un challenge majeur.

L’indépendance.

Vous ne pouvez plus demander à un patron ou un collègue ce que vous avez à faire. Désormais à votre compte, c’est à vous de prendre TOUTES les décisions.
Une fois ces décisions prises, vous devez être suffisamment confiant pour vous y tenir et en assumer les conséquences. Un manque d’indépendance et de confiance en vos décisions peut vous conduire à la paralysie.

Toutes ces aptitudes peuvent être acquises. Il existe de nombreuses façons d’améliorer certains points de votre personnalité. Commencez par lire des blogs spécialisés (au hasard, maboitecartonne), achetez-vous un bon livre sur un point que vous souhaitez approfondir, ou faites appel à un coach si vous pensez que le retour sur investissement sera positif pour vous.

Boris S

Sur le même sujet
7 conseils que j’aurais aimé recevoir quand j’ai débuté sur Internet…
Comment utiliser Facebook pour son business
35 façons d’utiliser Twitter pour son entreprise: crédibilité et networking
Ce qui compte vraiment pour attirer des visiteurs vers votre blog
15 Commentaires
  • travailler seul à des inconvénients, et on a souvent la sensation d’être improductif.
    Ma méthode quand je suis en période morose : le soir je liste avant de m’endormir tout ce que j’ai fait dans la journée, tant au niveau pro que perso.
    et on en abat !!
    Et puis, quand on a l’occasion de côtoyer le monde de l’entreprise ou de l’administration, on se rend compte qu’on est toujours plus productif, cela rassure.

  • Je ne sais pas si ça rentre dans le dernier point, mais pour pouvoir bosser seul de chez soi, il faut pouvoir supporter facilement l’isolement, ce qui n’est pas donné à tout le monde.
    Il y a des métiers où on peut bosser sans jamais rencontrer physiquement ses clients ou partenaires. Ca peut être considéré comme un avantage (on peut bosser de n’importe où tant qu’on a une connexion), mais ça peut aussi tourner insidieusement au cauchemar de no-life.
    .-= Dernier article de Kilroy : Remplacer Firefox par Chrome pour le référencement =-.

    • Boris
      Répondre

      @kilroy: c’est bien vrai. Les avantages d’être un one-man show ont quelques gros désavantages, parmi lesquels la solitude. Elle est plus ou moins bien vécue selon le tempérament.

  • Caroline
    Répondre

    Article très réaliste. Cela fait des mois que je compulse pas mal de livres, articles à propos du webmarketing. J’ai cherché des niches, testé les mots clefs, bref, j’ai bien tout compris.
    Petit bémol : Déjà à la base se lancer dans l’aventure oh combien excitante du webmarketing n’est pas une sinécure en soi. Si la personne est salariée, il va falloir investir du temps sur son temps de repos (quand on rentre le soir après une bonne journée de 8h + les transports, la motivation n’est pas toujours au rendez-vous !). Déjà prendre en compte toutes ces données y compris citées celles dans l’article est un chemin de réflexion obligatoire.
    Bon, je ne vais pas parler de sexisme et pourtant…. et oui, même en 2010 force est de reconnaître qu’il est plus aisé pour un homme de se lancer, tant qu’il n’a pas de petite famille à s’occuper. Quoi que je connais des collègues masculins en couple avec enfants qui disposent d’un temps libre incroyable ! Ben oui même si madame travaille, ce ne sont pas eux qui s’occupent des contingences ménagères, des devoirs et de la popotte !
    Tandis qu’une femme…
    Et une femme seule à bord du bateau, comme moi, avec enfants et ben… malgré toute la motivation et le dynamisme qui m’animent, je peux dire que le webmarketing est un véritable chemin de croix !!
    En plus je tiens à préciser que j’ai repris mes études à l’âge de 30 ans avec de jeunes enfants à élever et que je suis allée comme cela jusqu’au BTS ! Toute seule sans l’aide de personne. C’est pourquoi je sais à quel point c’est dur !
    Il faut se battre sans cesse pour prouver que nos neurones fonctionnent aussi bien que ceux de mes homologues masculins !
    Oui, j’aimerais m’investir dans le webmarketing, j’ai tout pour démarrer. Je sais soulever les freins à la réalisation d’un projet, mais je dois avouer que je me sens très très seule dans cette entreprise.
    Caroline

  • Pour la motivation, je te trouve que le fait de travailler dans une structure a un côté « contrat d’Ulysse » : on sait qu’on va devoir travailler parce que d’autres sont là, on sait également que dans le fond, c’est mieux comme ça et donc on veut avoir une structure qui nous « flique » un peu pour travailler. C’est pour ça que je ne travaille jamais dans ma chambre…
    .-= Dernier article de Sebastien de Kyototradition : Grand concours de bento en partenariat avec Poulpobento ! =-.

  • Bravo pour ces paroles justes, sincères qui nous changent de toutes les promesses… devenir riche en 2 mois. Multiplier ses revenus par x…
    Bien sûr il y a des gens qui ont fait fortune…
    Mais on oublie souvent de comparer ce qui est comparable : on est pas tous pareils, on a pas tous fait les études, pas tous le niveau technique, pas tous les mêmes capacités…
    C’est vrai que la constance, la motivation et quelques bons conseils de personnes sincères et compétentes ça peut servir !
    je vous salue tous bien, la tête dans l’écran.
    merci Boris

  • Oui j’ai commencé à mettre en place certaines routines mais mon problème est la constance. Je n’arrive pas à les tenir dans le temps.

    Mais bon je progresse c’est déjà ça et je vois que je suis sur la bonne voie.
    .-= Dernier article de Alex – SimplementMieux : Bilan du mois de mars =-.

  • Pour ce qui est de l’organisation je travaille dessus en utilisant justement ZTD de Léo et ça me convient plus que GTD qui est beaucoup plus stressante je trouve.

    C’est surtout la motivation qui est chez moi très fluctuante. Et en effet je me dis que l’important est d’avoir des buts précis et c’est dans cet optique que je travaille en ce moment pour relancer ma motivation.

    En tout cas merci pour ta réponse

    Pour la musique ça m’aide mais c’est vraiment temporaire. Disons que je suis un sprinteur de la motivation avec des sacré piques mais je m’épuise vite. J’aimerais devenir un marathonien de la motivation plutôt si tu me permets cette image. ;-)
    .-= Dernier article de Alex – SimplementMieux : Jeunes créateurs, attention aux arnaques! =-.

    • Boris S
      Répondre

      @Alex :
      GTD stressante : tout à fait d’accord. Inhumaine même. c’est pourquoi je préconise d’en mixer la structure (excellente au demeurant) avec les préceptes de leo.
      Pour la motivation, je te recommande aussi de te focaliser non pas sur des bien matériels mais sur des expériences que tu souhaites vivre au quotidien (liberté, contribution, etc…). C’est un fuel plus puissant.

      Aussi, je te recommande un structure (rituels quotidiens, habitudes de travail, rythme de vie,…) en béton armé pour que cette structure te porte pendant les phases de moindre motivation. Attention, pour batir cette structure, les principes de leo sont importants : une pierre par mois, pas tout en même temps.

  • Boris S
    Répondre

    @alex : as tu pensé à faire des exercices de concentration le matin ? Au bout d’un moment, on apprend à bien discipliner son cerveau ainsi.

    Pour l’auto-motivation, il est important d’avoir une vision claire, des objectifs bien définis mais aussi d’avoir bien identifié les motivations personnelles derrière ces buts.
    mettre tout cela sur papier et relire ses buts, sa vision etc… tous les jours peut t’aider beaucoup. ps : perso, écouter la musique m’aide aussi beaucoup à me remotiver !

    En ce qui concerne l’organisation, il existe de bonnes méthodes sur le marché dont « getting things done » et « power of less » (un mix des 2 est assez efficace à mon goût). Partant des deux, tu pourras adapter à ton style, tes préférences, to activité. Je te recommande aussi de lire « le pouvoir de l’engagement total ».

  • J’ai constaté à mes dépends l’exactitude des ces 5 points que tu présentes ici.

    Personnellement les 3 du milieu me pose problème. Je travaille pour m’améliorer mais ce n’est pas forcément évident.

    En tout cas merci pour cet article
    .-= Dernier article de Alex – SimplementMieux : Vivre ses rêves, ou rêver sa vie ? =-.

  • Boris S
    Répondre

    Salut Kamalk, pas facile de démarrer comme copywriter. Ca marche souvent par bouche à oreille et recommandations donc tant que t’as pas eu qq clients (satisfaits!)… Le mieux est de s’inscrire en tant que prestataire sur les sites d’outsourcing.
    Les plus gros à l’international sont elance et odesk. En France les incontournables sont codeur.com et progonline.com.

  • Kamalk
    Répondre

    Salut Dushan,
    Mais où pourrais-je trouver les boites ou compagnies qui désirent engager un Copywriter?
    Merci

  • Propos simple, mais tellement juste ! Que je découvre en ce moment, travaillant sur le Net depuis quelques temps.

    Avant de se lancer, on ne s’inquiète que pour les ressources externes : « aurais-je assez à investir, suis-je assez formé, ai-je assez de contacts, une bonne niche, de bonnes idées ? »

    Et quand on se lance, on se rend compte que d’autres problèmes auxquels on avait même pas pensé se posent : « merde, j’ai pris du retard, faudrait que je bosse ce soir mais j’ai rendez-vous avec ma copine… ou est-ce que j’ai la discipline pour aller jusqu’au bout ? Pourquoi est-ce que je remets toujours tout au lendemain ? »…

    Quoiqu’il en soit, on en apprend énormément sur soi, ce qui vaut toujours la peine, indépendamment de la croissance de notre boîte… ^^

    Au plaisir de vous lire,
    Dushan JANCIK,
    Administrateur de la Boîte à Outils

    • Boris S
      Répondre

      Pour aller plus loin Dushan, je dirai même que notre boîte ne peut pas grandir plus vite que nous. Elle se développe à mesure que nous nous développons nous même et c’est un reflet intéressant de soir finalement…

Postez votre Commentaire

Votre Commentaire

Nom*
Site Web