Le mythe du lifestyle du Web-entrepreneur


Demandez aux web-entrepreneurs qui ont vraiment réussi quel est le secret de leur succès et ils vous répondront tous : beaucoup de travail et de persévérance.

J’ai récemment lu sur Daily Blog Tips, l’article sur les habitudes de travail de 12 grands blogueurs/webentrepreneurs US.

L’auteur, lui-même un blogueur à succès, a interrogé douze pontes du webmarketing Ricain sur leur semaine de travail type.

Parmi les 12 on trouve : Darren Rowse (problogger.net), Aaron Wall(SeoBook), Rand Fishkin (SeoMoz), Neil Patel, etc….

Conclusion de ces interviews ?
Ces grands blogueurs et webmarketeurs travaillent tous 7 jours sur 7 et plus de 60 heures par semaine. Dan Schawbel, l’expert du personal branding, nous vend du rêve (-ironie-) en évoquant 110 heures de travail hebdo.

Personnellement, je ne bosse que 6 jours par semaine… pour 55 h (petit joueur donc) ! Mais je suis encore loin de gagner autant qu’Aaron Wall !

Bref, vous l’aurez compris, réussir sur internet demande BEAUCOUP de travail.

En maîtrisant très bien le PPC ou le SEO, vous pouvez gagner décemment votre vie sans trop travailler, grâce à l’affiliation. Je le reconnais.

Mais si vous voulez bâtir une entreprise qui a un impact, créer des produits et/ou un site de référence et très bien gagner votre vie grâce au web, ce sera compliqué si vous ne bossez pas deux fois plus que tous vos amis.

Mais Tim Ferris m’a dit que…

Je sais, Tim Ferris nous parle de La semaine de 4 heures. Je ne vais pas descendre en flamme sa promesse utopique car ce bouquin a le mérite de faire réfléchir.

C’est un livre qui marque car il présente (ou en tous cas remet au goût du jour) de nouveaux paradigmes et dépeint un idéal fait tout en optimisation et délégation (à moindre coût). Ensuite, il faut bien le dire, il a été merveilleusement marketé.

Et c’est là que je formule ma critique : M. Ferriss manque de sincérité et nous vend un conte de fée à une époque où de plus en plus de gens rêvent d’une vie professionnelle épanouissante.

Parce que de l’avis de tous les gens qui ont été impliqués de près ou de loin dans sa campagne marketing : c’est le bosseur le plus acharné qu’ils connaissent !

Je ne crois pas au succès sans travail et à la vie délégué à 95 % … Pas plus que Tim Ferriss y croit lui-même, vu le marketing aux hormones qu’il a fait pour son bouquin. Travailler 4 heures par semaine a un nom : rentier.

Je l’ai dit, le point positif du livre est qu’il fait réfléchir. Tim insiste sur le fait d’outsourcer et de déléguer un maximum de tâches. Sur le principe, on ne peut que lui donner raison. Sous-traiter/déléguer une partie de votre activité sera l’une des clés du développement de votre boîte.

Mais si vous décidez de sous-traiter certaines activités, vous devrez toujours y consacrer une partie de votre temps, ne serait-ce que pour superviser les résultats, améliorer les process, recruter et former les prestataires ou employés etc… Donc vous ne faites pas disparaître une activité en la sous-traitant.

Par ailleurs, certaines fonctions et tâches ne peuvent être déléguées. Définir la stratégie de votre boîte, développer les relations commerciales avec les partenaires, recruter,… Si comme moi, vous vendez de l’info en ligne, vous aurez aussi du mal à déléguer la création de produits ou le marketing (je ne vous le conseille pas en tous cas). Chaque web-entreprise a ses tâches critiques qui sont sous votre responsabilité.

Le lifestyle de web-entrepreneur à succès est donc synonyme de longues heures au bureau, vous l’aurez compris.

Y’a-t-il une alternative ?

Pour éviter de vous retrouver dans une vie qui vous déplait, interrogez-vous sur votre mode de vie idéal avant même de démarrer votre business online (si vous l’avez déjà démarré, il est toujours temps pour cette remise en question).

Pour cela je vous recommande de vous poser les 4 questions suivantes :

  • Quel est mon objectif principal avec cette activité en ligne ?
  • Quels revenus je souhaite générer via ma web-entreprise ?
  • Combien d’heures est-ce que je souhaite consacrer chaque semaine à mon business ?
  • Quelle est l’activité dans laquelle je m’épanouis le plus au sein de ma web-entreprise ?
  •  

Soyez sincère, prenez le temps de creuser.

Vous allez peut être vous rendre compte que vous voulez seulement avoir un revenu complémentaire pour « arrondir vos fins de mois » mais que votre priorité est votre famille. Ou que la seule chose que vous aimez vraiment sur le web, c’est le référencement et que vous ne voulez plus rien faire d’autre, quel que soit l’impact sur vos revenus. Ou encore que vous voulez gagner une fortune pour acheter la maison avec jardin qui vous a toujours fait rêver et que vous êtes prêt à y « mettre les heures ».

Réfléchissez au « Lifestyle » dont vous rêvez, et déterminez s’il s’accorde à la réalité d’un business florissant sur Internet.

Boris
Keepin’ it real

Sur le même sujet
Référencement : la quête du lien parfait
5 Leçons de Business Essentielles que j’ai Apprises au cours de cette Année
Développer une Stratégie de Contenu pour son Blog
Recommandation sociale : 3 tips pour valoriser les témoignages de vos clients
102 Commentaires
  • Point de vue très juste, aucun fruit n’est disponible sans travail.
    Deux points par contre que je souhaite souligner :
    1- Le travail effectué, s’il est fait correctement, a une force d’inertie très puissante. On peut se permettre de ne plus travailler (accident de la vie, par exemple), et voir son entreprise en ligne continuer de tourner en roue libre encore longtemps après;
    2 – Internet offre quelques puissants effets de levier auxquels on a pas forcément accès dans les modèles d’entreprises non virtuelles. Un buzz sur Youtube ou Facebook peut vous amener au sommet, par exemple, alors qu’il aurait fallu dépenser des fortunes en communication pour avoir un résultat moindre dans le modèle réel.

  • Sans travail on n’a rien. Le livre de Tim Ferriss m’a permis de réfléchir sur mes méthodes de travail et de chercher à être plus productif. Je suis convaincu que pour réussir, il faut bien travailler de manière efficace.

  • Bonjour Boris,
    Un regard « critique » sur le web marketing ca fait du bien.
    Concernant l’ami Tim, je pense que c’et aussi aux lecteurs de faire la part des choses.
    Amicalement,
    Nassim

  • le vrai e commercant existe et heureusement, pour moi c’est le cas avec 14h de boulot derriere un poste ou a la poste pour envoyé les colis et c’est pas encore la fortune, mais bon j’aime mon boulot et je le fait avec passion

  • Merci du conseil. Du coup, je corrige car je ne connais pas suffisamment pour juger untel ou untel. Et ce n’était pas mon intention de dénigrer ce que je ne connais pas. Les conseillers qui vendent du vent, les pires sont surement dans les mauvaises agences web qui vendent des sites de e-commerce de bric et de broc à des prix élevés sans aucun RSI aubout… C’est bien pire donc que les blogueurs qui donnent gratuitement beaucoup de conseils et de bon sens et qui évangélisent des règles de base du marketing, de l’affiliation…
    Et j’ajouterai que ce qui ne va pas dans cette histoire de polémique sur les blogueurs ventant et vendant leur méthodes pour devenir riche c’est justement le but : devenir riche ! En france, c’est mal et c’est sale. On est malheureusement pas aux USA à ce niveau la. Faire rèver les gens a propos de s’enrichir, c’est vu comme de la manipulation par certains alors que cela pourrait être vu comme de l’incitation ou de la motivation par d’autres… Un vrai problème de culture.

    • Certains sortent tout à coup d’où on se sait pas, parfois ils donnent de bonnes informations mais en final, ils veulent juste se faire du fric, en tous cas pour certains, et cela se sent. C’est après qu’on découvre leur personnalité quand on essaie de communiquer avec eux …

      En tous cas, au moins ton commentaire m’aura permit de découvrir ton livre et te faire un nouveau clients curieux car adwords est difficile à maîtriser et parfois capricieux avce leur système de quality score, les pages avec un formulaire de capture que google n’aime pas, j’espère que ces aspects sont traités dans le livre car on trouve peu d’informations sur ce sujet, je veux dire, informations utiles et valables.

      Parick

      • Merci pour l’achat du guide Adwords.

        Oui, bien sur, le quality score est décortiqué ainsi que le calcul du coût réel du clic et toutes les façons de faire augmenter son CTR et baisser son CPC réel, mais surtout son retour sur investissement complet.

  • Bonjour,

    Vrai ecommerçant qui a bossé 60 heures pendant 5 ans pour vendre mon affaire, je suis maintenant consultant en web marketing et auteur. J’ai découvert de blog de façon rigolote qui vaut le détour (vu en plus ce que j’apprend lié a Google). Je connais l’affiliation classique (pour des produits physiques, vu que j’ai vendu des machines a café et du café…) Vu que je viens de créer un super livre sur Adwords, je veux le vendre en ebook, et donc en affiliation et je découvre un peu les bloggeurs français. Mais je ne suis pas du tout un adepte des promesses a 2 balles… gagner 10 000€ en travaillant 2h, je me méfie. Mais j’ai une culture des vrais gourous du Marketing US (nottament Perry Marshall). Bref, je découvre les Sébastien le marketeur… Olivier roland. Vu que je cherche des affiliés je me dis qu’ils doivent avoir une grosse base. Et lorsque je tape Olivier Roland sur Google pour retourner su son site de livre Google, dans ses merveilleuses proposition de requète me propose « olivier roland escroc » en 5e position je crois… Du coup, je clique et je tombe sur tout un débat sur presse citron, un lien vers ce site… Moi qui cherche de vrais bloggeurs (j’en connais des pros dans le e-commerce) dans le monde de l’entrepreneuriat, des gens sains, qui créent, qui bossent et qui cherche a aider, enseigner, partager et gagner leur vie, mais pas qui vendent du vent. SI vous en connaissez, faites le moi savoir. Je chercher donc a faire connaitre mon super bouquin sur Adwords qui fait économiser de nombreuses fois son prix a tout utilisateur de Google Adwords. Merci.

    • Boris
      Répondre

      @Denis : tu trouveras des blogueurs « sérieux » parmi les commentateurs de ce blog.
      ps : perry marshall est aussi ma référence pour adwords.

    • Bonjour,

      @Denis, houla attention quand tu cites quelqu’un, il y en a qui vendent du vent mais en plus ils mordent quand on parle d’eux :)

  • Je viens de découvrir avec plaisir votre article. Le web est encore pour certain un monde merveilleux et magique. Pour réussir, il faut tout d’abord travailler et persévérer …

  • Bonjour,

    ça fait plaisir de lire enfin un discours cohérent sur la création d’une activité lucrative sur le net!!

    MERCI!!

    c’est un peu lassant de lire des gens qui « vendent » du rêve, et surtout d’en voir qui y croient! Je vais développer car cette phrase peut rapidement me faire passer pour quelqu’un de désabusé , ce qui n’est pas le cas!!

    Dans toute activité, pour réussir au delà de la moyenne, il faut savoir s’impliquer au delà de la moyenne, on ne peut pas espérer avoir des résultats extraordinaires avec un travail ordinaire.

    On est soit bien plus intelligent (d’ailleurs , il y a tellement de gens qui le pensent que certains doivent avoir tors, non?) , soit bien plus efficace, soit bien plus courageux et travailleur, mais pour obtenir « plus » , on doit être « plus »; ça me parait assez logique!:-)

    Je trouve vraiment regrettable que beaucoup misent tout sur le net sans avoir compris que comme toute création de projet et d’entreprise, cela demande énormément d’implication , je vous remercie donc encore de l’avoir si bien expliqué!

    Caroline

    • Boris
      Répondre

      Bonjour Caroline et merci pour votre commentaire. Nous partageons le même avis. Comme dans n’importe quelle autre activité, réussir sur internet demande beaucoup de travail, de sacrifices, de persévérance. Comme on sit : pas de miracles (ou si peu en tous cas !)

  • A mon avis,Travailler sur internet est quelque chose de passionnant,mais il faut avoir de la determination et la motivation si on est un debutant.Je suis ravi aujourd’hui Puisque j’ai comme mentor Fred Canevet qui m’encourage personnellement pour que j’arrive jusqu’ici et cela n’a pas ete facile pour Moi.Merci Boris pour cet article

  • J’ai bien aimé bien cet article. Il est toujours intéressant de découvrir des blogs comme le votre c’est très enrichissant.

  • Tant qu’il y aura des « pigeons » pour croire que gagner de l’argent sur le net « en un clic » est possible, ce genre de bouquin aura toujours un succès.
    C’est comme les blogqeurs qui gagnent de l’argent en expliquant comment gagner de l’argent…

  • ça fait du bien de lire ça ! Je crois qu’une remise à l’heure des pendules était nécessaire quant à la véricité, et la viabilité, de ce que nous dit Tim Ferris.

    Même si, il faut bien l’avouer, ce livre nous a sûrement tous marqué et à quand même fait sonner une petite clochette de vérité en nous, on s’est tous rendu compte que la mise en application immédiate et complète de ce qu’il prône demande bien plus de boulot qu’il n’y paraît.

    Cependant, je reviens sur la notion de plaisir évoquée plus haut, c’est vrai que quand on blog sur un domaine qui nous passionne, la charge de travail paraît allégée, et c’est tout de suite moins ch*** !

    Merci au passage pour ce blog que je découvre !

  • michel
    Répondre

    Devenir riche sans faire grand chose est un mythe mais votre article donne l’impression qu’on ne peux gagner plus qu’en travaillant plus.

    Celà aussi est un mythe j’en suis sur.

    Je ne crois pas que Bill Gates qui est
    100000 fois plus riche que moi travaille
    100000 fois plus longtemps par jour.

    J’ai lu tim ferris et l’ai trouvé sans interet.
    Celà dit il ya plus à dire sur l’argent que « travaillez plus! »

  • La solution ?

    Je me dis que je ne travaille pas ! Mais
    que j’agis pour ma réussite.

    C’est une façon de considérer « positivement » que
    le temps d’activité est du plaisir et non de la contrainte.

    Didier / formateur

  • Boris
    Répondre

    Merci Kamal.

    Et bravo pour la sortie de ton nouveau blog, je viens de le mettre dans mon rss reader !

    A bientôt

  • Cet article me fait du bien. Vraiment !

    Nous avons eu la chance de discuter cela par email Boris, et je ne m’en lace pas de le lire.

    Un merci du fond du coeur ! Je n’ai marre de vour du <> partout, dans le Web Français.

    Respect !

  • Bonsoir Boris,

    Je pense que le plus important n’est pas la quantité de travail produit, mais la quantité de plaisir et de satisfaction qu’il procure.

    Laisser penser que l’on peut vivre en bossant 4h par semaine est la meilleure façon de créer frustration et déception auprès du public à qui s’adressent les marketers promoteurs de la web way of life.

    J’ai beaucoup de sympathie pour l’esprit de liberté, indépendance et autonomie qu’ils diffusent et beaucoup moins pour le rejet de la réalité qu’ils inspirent à leurs lecteurs.

    Content que tu nous serves cette vision lucide et sans complaisance avec la tendance actuelle du tout et n’importe quoi.

    A bientôt,
    Jean Michel
    Expérimentateur solitaire…

    • Boris
      Répondre

      @Jean-Michel : oui, vu ce que je lis ici et là sur la toile, je pense que cet article sera d’actualité pour un petit moment ! merci pour ton com

  • Gabriel, la plupart des gens qui sont intervenus ici SONT des passionnés.

    C’est d’ailleurs pour ça qu’ils ont réussi.

    Donc s’ils te disent que la passion est effectivement un bon fuel, mais que ça reste du boulot quand même, tu peux les croire sur parole.

    Faire preuve d’optimisime, c’est une vertu; par contre faut pas sombrer dans l’excès en refusant de voir les difficultés, les imprévus, les plantages serveur un samedi soir, que tu ne manqueras pas de rencontrer.

  • Gabriel
    Répondre

    @Boris : Je suis daccord mais le hard work devient passionnant , j’en suis persuadé.

    Suffit de prendre la vie du bon côté.

    Ok je vois la vie d’une façon idlylique mais pourquoi elle ne serais pas comme cela ?

  • Gabriel
    Répondre

    Il y a une chose que vous n’avez pas saisi dans le « 4 heures de travail par semaine »

    Quand on démarre une entreprise sur internet , si on choisis tel ou tel sujet c’est qu’il nous passionne.

    Sauf que si un sujet nous passionne , ce n’est plus du TRAVAIL que l’on fais pour réussir.

    C’est de l’amusement , du fun , du bonheur.

    les 4h de travails sont celles du rendez-vous avec le comptable et autres choses du même genre et non pas le temps passé à S’AMUSER .

    On peux donc réussir à travailler 4h par semaine.

    Surtout qu’entre commencer en faisant toutes les bêtises du monde et commencer en étant au top ( une personne motivée va le faire ) cela fais toute la différence du monde.

    Pourquoi les riches continuent à travailler 100h/semaine , parcequ’ils aiment cela. Tout simplement.

    Passion et action , cela résume tout..

    Gabriel
    Futur réalisateur de rêve

    • Boris
      Répondre

      @gabriel : penser que monter une boîte, même si le domaine te passionne (ce que je conseille vivement), n’est que « fun, amusement, bonheur » est d’une rare naïveté (rafraichissante certes). Je ne sais pas à quel point d’avancement tu en es dans ton projet mais on en reparle dans 2 ans… Passionnant, oui, motivant, oui, fun tous les jour, non. It’s hard work !

      @speedyweb : je partage ton analyse. De plus en plus de gens se lancent en pensant qu’Internet est l’eldorado. C’est un média en pleine croissance, les opportunités sont nombreuses… mais ce n’est pas pour autant une mince affaire que de réussir sur le web.

  • Exact PaulW, le problème c’est d’avoir la bonne idée, qu’elle soit originale et qu’on ne la pique pas en 10 secondes…
    Une chose est sure pour cette année, après avoir un poil grandit en 2010 en travaillant pas mal, ajd ma boite passe minimum 20% sur des projets à long terme et ça ne cesse d’augmenter… Le but étant d’avoir des revenus plus fixes que les vagues du commerce.

    Le problème de tout ce monde virtuel c’est qu’on crois pouvoir gagner énormément en très peu de temps, j’en ai vu beaucoup investir et chuter… Il y a trop de monde et certains n’y connaisse rien !

    Pas besoin forcément de se prendre trop la tête, si l’idée est bonne et que ton entourage le confirme, ça vaut le coup d’essayer ! Encore faut-il en avoir le temps, les finances et les compétences…

  • J’ai bien aimé l’article et je pense que surtout il y a un grand mythe avec le lifestyle du Web-entrepreneur. Ce genre de personne a beaucoup changé dans les dernières 10 années.

  • Je découvre cet article.

    Ça fait plaisir de voir un peu d’honnêteté dans le monde du blogging de devpt perso.

    Bcp de jeunes bloggeurs pourraient s’enrichir bcp plus vite en utilisant l’enthousiasme et le temps passé à leur blog (s’ils le font essentiellement dans un but financier), dans une reprise d’étude diplômante, pour ensuite se vendre comme freelance.

    C’est particulièrement vrai pour ceux qui n’ont pas BAC+4/5 et dont le business model Internet est basé sur les revenus publicitaires (ou les affiliations type Amazon, qui ne rapportent rien du tout).

    Un vrai site de contenu ciblé peut encore rapporter de l’argent avec de la publicité sur Internet, mais ce ne sera pas un blog et ça demandera aussi un temps de travail colossal par rapport au retour sur investissement, car la concurrence est rude.
    .-= Dernier article de Fabrice : Achat actions – opportunités au 18-12-2010 =-.

  • Je pense également qu’il est complètement illusoire de croire pouvoir réussir en bossant 4h par semaine. On croirait rêver! Comme tu l’as bien souligné, cela demande beaucoup de travail et de patience et surtout dans le business du net parce qu’on voit des sociétés se construire de zéro et atteindre des évaluations en milliards de dollars en 2 ou 3 ans. C’est tout simplement parce que le rythme est effrené (on bosse en 2 / 3 ans l’équivalent de 10 ans comme l’a bien évoqué Paul Graham) et parce que le niveau de concurrence est tel qu’il faut redoubler d’efforts si l’on veut rester devant sinon des opportunistes qui atterrissent sur le marché peu après raflent la mise. Maintenant, la surdélégation aboutit toujours à des produits de piètre qualité parce que je pense que le secret c’est de tout vérifier (du moins le maximum) pour s’assurer que tout est bon sinon on va droit dans le mur.

  • Grâce à un commentaire sur mon article « Travail à domicile, devenir blogueur : semaine de 4 heures ou de 50 heures ? », je me suis rendu sur ton site. Très bon boulot en passant, pour en revenir à ce que tu dis, je suis complètement d’accord avec toi.
    Le pire c’est que les blogueurs débutants, parents, salariés et tous ceux qui n’y connaissent rien et pensent que le Web est un eldorado peuvent faire d’énorme bêtises en pensant qu’avec quelques heures tout au plus par semaine ils seront riches comme crésus !
    Si on se limite à vouloir un complément à son salaire, oui on peut s’en sortir sans trop de travail, mais ce n’est pas vrai dans le cas d’un développement plus important. Tu le dis toi-même et on ne peut pas le nier.
    .-= Dernier article de Francl | Papa Blogueur : Comment créer un plan du site sitemap en quelques clics et sans plugin =-.

  • J’ai toujours côtoyé et j’ai moi-même gagné suffisamment d’argent pour clamer une certaine « réussite ».
    J’ai testé quasiment tous les systèmes et profité de certains à leurs débuts (Adsense, affil diverses et surtout poker, revente de site, etc.)
    Traditionnellement, on chope un filon au début et c’est magique car on bosse à moitié n’importe comment et ça gagne un max. Ensuite, il faut bosser plus pour le même gain ou changer de direction.
    Y a eu des moments où j’ai beaucoup gagné en bossant moins de 4 heures par semaine, mais c’était temporaire et toujours voué à une chute éventuelle du revenu puisqu’on arrête d’alimenter.
    En d’autres termes, on commence à devenir fainéant, à se reposer sur nos lauriers, et on gagne moins.
    Sinon, c’est clair que je certifie qu’il est possible de gagner plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois en démarrant de que dalle.
    .-= Dernier article de LaurentB : Trouver les bons mots clés sans peiner =-.

  • @ Blandine, est-ce que tu as bien tous nos commentaires ?

    Ce que l’on explique, c’est que l’on peut très bien suivre le méthode et la philosophie de Tim Ferriss. La plupart des gens qui ont continué la discussion ici l’ont fait. Et on a également bien rappelé qu’il fallait bien carburer au démarrage pour la transformation en « pilote automatique ». Tout en assurant kamm pour pérenniser l’activité et les revenus.

    Mais pour beaucoup d’appelés, peu d’élus !

    Et la seconde chose qui est également revenu, c’est justement que si beaucoup ont suivi cette méthode, beaucoup en sont revenus également…. pour construire professionnellement quelque chose de plus grand, de plus impactant que ce qui peut être fait avec 4h de W/semaine, fussent-elles hyper productives…

    Alors le « Peut-être ne voyez-vous pas les choses en assez grand? » est un peu paradoxale, ou alors témoigne d’un survol de nos commentaires.

    Blandine, où en es-tu professionnellement ? J’ai un peu l’impression – peut-être me trompe-je ? – que tu es un peu « neuve » sur le secteur, que tu as découvert récemment – ou en tout cas, commencer à appliquer – ces concepts et est encore assez éloigné de certaines réalités du terrain… que ce soit sur le plan pratique ou psychologique (le « gagnez de l’argent sans rien faire », on finit souvent par en revenir :) ). Éclaires nous sur ton parcours.

    Donc l’idée, c’est pas de faire un débat pro/anti-Ferriss ou « est-ce que ça marche », mais simplement de donner un éclairage supplémentaire de part l’expérience acquise…

    PS : Et oui, les grands CEO travaillent beaucoup ! Bien sûr, tout ne s’écroule pas – et heureusement ! – s’ils sont malades un jour ou ne viennent pas, car comme dans toutes les entreprises, il existe des processus de travail définis, et une hierarchie. Après travaillent-ils 100% efficacement, c’est une autre question, mais en tout cas, ça bosse ! (Oui, car on ne dirige pas une compagnie du Top 100 Forbes comme on créé des revenus passifs, tu t’en doutes bien…)
    .-= Dernier article de Thibault Vincent : Sommeil polyphasique – Dormir deux heures par jour – le cap des deux semaines ! =-.

  • @ Baptiste
    « En tout cas, moins que ce que les vendeurs de méthodes de vente de pioche voudraient te faire croire. »
    En effet, le problème ne vient pas de ce qu’on vend, mais du discours qu’on utilise quand on le vend.
    Les promoteurs de systèmes pyramidaux vendent du rêve, et pas mal de marketeurs aussi.
    Mais je ne suis pas sûre que ce sont ceux-là qui réussissent vraiment. Car à mon avis, pour maintenir en place un système qui fonctionne si bien qu’on peut ne pas y mettre le nez plus de 4 heures par semaine, il faut être un gars sérieux qui répond à un vrai besoin et de façon légitime.

    @ Boris
    Je maintiens ce que je dis, je crois la méthode de Tim Ferris réalisable. Le fait qu’il soit bosseur n’est pas une preuve qu’elle ne l’est pas.

    Oui, Boris, c’est dangereux de croire qu’on peut réussir et surtout COMMENCER sur internet en travaillant 4 heures par semaines. Par contre cela peut-être un objectif atteignable à plus long terme et seulement pour ceux qui auront en effet passé plusieurs semaines de 50 heures.

    On en revient au problème du discours tenu – qui est du copyrighting pur et simple – et sa différence avec la réalité.

    On sait que les copyrighters vont mettre en avant les atouts de leurs produits et rapidement survoler leur faiblesse, quand ils ne les passent pas sous silence purement et simplement. Les publicités à la télévision « laissent entendre » des choses qui sont fausses. Tout dépend ensuite de ce que le destinataire va comprendre du message.

    Je n’ai pas trouvé que le discours de Tim Ferris laisse entendre quelque chose de trompeur. D’ailleurs, il explique bien qu’il a lui-même commencé en travaillant comme un forcené dans son affaire.

    Mon avis est que si on se fixe cet objectif pour l’avenir de ses affaires, c’est un objectif atteignable.
    Après la taille que doit atteindre l’affaire en question et le nombre de personnes à travailler dedans pour que le tout soit viable, c’est une autre considération.
    Pensez-vous que les patrons de grosses multinationales soient obligés de travailler tous les jours absolument sous peine de voir leur business s’effondrer? Non et c’est bien la preuve que le principe fonctionne.
    Peut-être ne voyez-vous pas les choses en assez grand? Ou sous l’angle qu’il faudrait.
    C’est la réflexion que Tim Ferris propose d’avoir. Ça vaut le coup d’essayer. Et quitte à démarrer un projet, le faire avec cet objectif en tête pour plus tard.
    .-= Dernier article de Blandine : La semaine de 4 heures- est-ce un mythe et est-ce seulement éthique =-.

    • Boris
      Répondre

      ok Blandine, sur le fond, on est d’accord. Par contre sur les grands patrons, tu es hors sujet. Le mythe du web-entrepreneur (et le thème de ce site en général) concerne les web-entrepreneurs indépendants et patrons de micro-pme du web, pas les patrons de grandes entreprises du CAC 40.

      Je connais personnellement 3 ou 4 web-entrepreneurs qui ont créé des sites TRES connus et qui pour certain ont revendu ou passé la main à une équipe. Ok, ces types bossent un peu moins aujourd’hui mais ils ont un point commun : ils ont bossé jour et nuit pendant au moins 5 ans pour en arriver là.

      Je le répète, le mythe du lyfestyle vise surtout le web-entrepreneur débutant, qui n’a pas encore vraiment mis les mains dans le cambouis. Et c’est une illusion qu’on lui vend. Le problème du copywriting que tu soulignes est qu’il ancre VOLONTAIREMENT ces raccourcis dans les tête du lecteur. C’est le but d’un copywriting réussi.

      Quel web-entrepreneur travaille vraiment 4 heures par semaine ? Ceux qui pourraient le faire sont une petite poignée. Et parmi ceux-là, parmi les grandes réussites du web, très peu décident d’arrêter de bosser, car ce sont des passionnés, des créateurs.

      Par contre, sur le fait de travailler dur, tout en gardant à l’esprit un objectif d’optimisation de son temps et d’équilibrage de sa vie, je te rejoins.

  • Il ne faut pas faire une interprétation trop hâtive de la métaphore de la ruée vers l’or.

    La ruée majeure des prochaines années, n’est pas vraiment celle d’une hypothétique vague de M. Jourdains qui ont soudainement envie de gagner de l’argent sur Internet.

    « Gagner de l’argent », c’est un marché vieux comme le monde, qui a été là bien avant, et sera là bien après, la mode furtive d’Internet.

    La vraie ruée vers l’or, c’est le passage de notre monde des biens de consommation, à monde de biens dématérialisés, où l’information devient la valeur fondamentale.

    Cela sera dans les prochaines années l’équivalent de la Révolution Industrielle au XIXe siècle, ou du développement de la consommation de masse au XXe siècle.

    Les marchands de pelles et de pioches qui feront fortune ne sont pas ceux qui « vendent des cours sur comment gagner de l’argent ».

    Ce sont ceux qui construisent les infrastructures de la nouvelle économie de l’information.
    Clickbank, précurseur du mouvement, est un bon exemple.

    Sébastien

  • Boris
    Répondre

    @ Blandine : le discours « je travaille 4h par jour » de Tim Ferriss est du marketing. Comme je l’explique, tu pourras trouver sur le web 50 témoignages de partenaires de Tim Ferriss disant qu’il est le plus gros bosseur qu’ils connaissent.

    Le « je gagne ma vie sur le web les pieds dans la piscine à travailler entre 14h et 16h » est un mythe dangereux à entretenir pour le web-entrepreneur débutant.

    • Bonjour,

      même si le livre doit certainement embellir la réalité, je ne l’ai pas lu de cette façon.

      En fait, je le vois plus comme une méthode de travail. Rien empêche personne de travailler autant (60 heures par semaine), mais mieux.

      J’ai lu le livre de Tim et je me suis aperçu que certaines méthodes de travail que j’avais pouvaient être nettement améliorer.

      Je ne pense pas qu’il faille prendre se livre au pied de la lettre, travailler à domicile en France en temps que salarier c’est difficilement imaginable ^^

      Merci beaucoup pour cette analyse

      Nicolas

  • Blandine tu n’as pas bien compris le débat – ça où tu es de mauvaise foi.

    Il n’est pas question ici de refuser de vendre des pioches, mais de se poser la question de l’éthique et de la morale des systèmes pyramidaux qui font miroiter des gains rapides – mais qui au final ne payent qu’une minorité et font galérer une majorité.

    Et personne ici n’a rien contre l’argent massif et rapidement gagné. Tu as au contraire le témoignage de gens qui le font depuis des années, et qui parlent d’expérience lorsqu’ils te disent que ce n’est pas SI FACILE que ça d’y arriver.

    En tout cas, moins que ce que les vendeurs de méthodes de vente de pioche voudraient te faire croire.

    Ravi pour toi si la morale ne t’encombre pas l’esprit. Mais ça viendra peut être et à ce moment là, tu en seras au même point que beaucoup ici. Argent facile, oui, déjà fait, mais au prix d’un peu plus de 4h de boulot; et besoin de plus au bout d’un moment.

  • Si vous voulez travailler 10h par jour, libre à vous. S’il existe un moyen de ne pas le faire, il y aura des gens pour le trouver. Merci à ceux qui le trouvent de le partager. Ensuite, je suis d’accord avec le fait que tout le monde n’y arrivera pas. Mais cela dépend de ces gens, pas du vendeur.

    Oui, travailler 4 heures par semaine, cela signifie devenir rentier de son entreprise.

    Et peut-être que Tim Ferris adore travailler. Ça le concerne. Il n’empêche qu’il a trouvé un moyen de gagner de l’argent avec au moins une de ses affaires en n’y investissant pratiquement pas de temps. Ce qui lui en laisse pour développer d’autres affaires. Du coup, le résultat est qu’il travaille bien plus que 4 heures par jour.

    C’est comme si vous nous disiez que l’inventeur de la crème chantilly doit forcément adorer ça et en manger à chaque repas.
    .-= Dernier article de Blandine : Si vous refusez de vendre des pioches pour une question d’éthique- vous êtes un idiot ! =-.

  • @Le Marketeur Français/Sebastien :

    Ton point de vue est toujours rafraîchissant !

    Une rectification concernant la concurrence. Je parlais du secteur que j’utilisais l’époque pour mes revenus automatisés, c’est-à-dire Google AdSense.

    C’est un fait, le secteur reste aujourd’hui plus concurrentiel que par le passé. Et ici, pas moyen de lier des partenariats ou de faire de l’affiliation avec les autres sites de sa thématique puisque l’on n’a rien à vendre.

    Thibault,
    .-= Dernier article de Thibault Vincent : Dormir deux heures par jour – sur la voie de l’adaptation… =-.

    • Boris
      Répondre

      Content de voir cette discussion vivante entre web-entrepreneurs de talent !

      Je rejoins tout de même le point de vue de Thibault/Baptiste : vivre la semaine de 4 h demande une flopée de semaines de 60h avant. Et peu de gens y auront accès un jour.

      Le PARADOXE est que ceux qui y arriveront ne sont pas ceux qui veulent bosser 4 heures par semaine mais plutôt des gens qui aiment bosser, aiment créer, aiment apporter de la valeur aux autres. Et ces hommes ou femmes là, s’ils parviennent un jour à ne devoir bosser que 4 heures par semaine, opteront de continuer à travailler et créer.

      Oui, Internet permet de commencer à gagner de l’argent très vite, avec peu d’investissement. Oui Internet permet d’être plus mobile. Oui Internet offre la possibilité de vivre de ses passions.
      Donc être web entrepreneur, je le RECOMMANDE à tous ceux qui s’en sentent capables et en ont envie. Faire des choses qui nous passionnent, pouvoir se lancer avec si peu de risques, travailler « on the road », c’est très satisfaisant.

      Mais se créer cette vie exige de nombreuses années de labeur. Et donc le mythe du lifestyle du web entrepreneur est dangereux pour les débutants car il ne mènera qu’à de la frustration et un sentiment d’incompétence pour ceux qui y croient. Et je ne parle même pas du fait que ceux qui content ces belles histoires n’ont souvent jamais réussi à gagner plus 200 € en ligne… jusqu’à ce qu’ils se mettent à raconter ces histoires.
      Moi je dis juste : évitons que la niche du MMO ne devienne l’équivalent online des « talismans divins » vendus sur les dernières pages du télé 7 jours.

      @Sébastien : effectivement, le webmarketing est devenu plus complexe qu’il y a 3-5 ans, mais le marché a aussi beaucoup grossi donc à l’arrivée ça doit s’équilibrer…
      + comme tu le dis, on peut « piggy backer » des leaders pour gagner du temps, alors qu’il y a 5 ans, il y avait peu de leaders ou de pôles de trafic ciblé sur la plupart des niches.

      @Thibault : il était parti dans mes spams, je viens de le lire

  • Je ne crois pas que la « concurrence accrue » ait changé la donne de façon négative, bien loin de là.

    Quand on s’affranchit de notre mentalité française dans laquelle l’Autre Nous Veut Du Mal, on s’aperçoit vite que la présence de « poids lourds » dans un marché est un tremplin formidable pour lancer une nouvelle activité.

    D’accord, autrefois en 6 mois on pouvait à partir de rien monter un gros site rentable, et aujourd’hui il faut plus de temps avec la même stratégie…. Mais pourquoi utiliser cette stratégie pénible et épuisante quand on peut s’appuyer sur les leaders du marché, et jouer à leur en quelques semaines ?

    Quant à la niche « gagner de l’argent en ligne », elle a toujours été saturée de petits malins qui n’y connaissent rien à leur sujet et n’ont pas d’autre légitimité que leur propre site sur « gagner de l’argent en ligne ».

    On n’y peut rien, à part passer outre, et se démarquer en mettant en avant notre propre crédibilité.

    Sébastien
    .-= Dernier article de Le Marketeur Français : Revenus de ce blog pour Août – 10 455 € =-.

  • @Le Marketeur Français/Sebastien : C’est exactement ça. On SAIT qu’il est possible de générer (+/- facilement) des revenus passifs car on l’a déjà fait.

    Et on sait que l’on pourrait le refaire. Un tout petit peu difficilement, peut-être, de part une concurrence accrue.

    Le seul truc, c’est qu’on ne veut plus le faire ! On a envie d’autre chose, de construire, de se sentir « vivre professionnellement » grâce aux projets que nous développons.

    Mais, je reste convaincu d’une chose. Et donc je rejoins le point de vue de l’article. Même si c’est bien sur possible – nous l’avons tous fait -, il y aura beaucoup d’appelés mais peu d’élus. Et le travail en amont reste indispensable, que ce soit pour lancer la machine ou la maintenir sur les bons rails.

    Et donc, en ce sens, le lifestyle du web-entrepreneur accessible facilement et sans ou boulot à côté à tous, est un mythe… mais qui vend ! Au même niveau, je trouve d’ailleurs particulièrement paradoxale (voir scandaleux !) les nouveaux web-marketeurs/info-preneurs français – à l’image de leurs confrères US de la niche « Make Money Online » – qui s’apprêtent à sortir ou vendent déjà des produits expliquant comment gagner de l’argent sur le web et vivre l’indépendance financière alors qu’eux-mêmes ne l’atteindront que grâce à la vente de ces fameux produits apprenant aux gens comment y parvenir… Y’a pas un problème là ?

    PS : Dommage d’ailleurs que tu ne sois pas venu ce soir à la 1e du WB Market Nantes. :) On a vraiment parlé (web)marketing et monétisation, expérience terrain et chiffres à l’appui. C’était très intéressant !

    D’ailleurs, il faudrait que l’on se recontacte. Parce que j’aurai peut-être une proposition à te faire. On en reparlera.

    @Baptiste : Effectivement, tu as raison de le souligner. La morale dans le web-marketing. Ca n’a pas été abordé.

    Certains secteurs sentent moins bon que d’autres. Tout dépend où on se place.

    Personnellement, je sais où sont mes limites, mais c’est parfois difficile de ne pas se lancer tenter, dans le feu de l’action, par de nouvelles techniques/niches qui vont pourtant à l’encontre de ce que l’on pensait, pour gagner quelques (milliers) d’euros supplémentaires.

    Le côté virtuel du web aidant aussi à cela. On est moins « engagé » par ce que l’on fait.

    @Boris : Je t’ai envoyé un mail pour continuer la discussion. :)
    .-= Dernier article de Thibault Vincent : Dormir deux heures par jour – sur la voie de l’adaptation… =-.

  • Oui la semaine de 4 heures est possible.
    Juste, elle est précédée de *nombreuses* semaines de 60 heures.

    Et si tu te laisses aller à suivre trop de semaines de 4heures 1) tu te fais chier 2) ton business finit par péricliter

    Mais tu as raison aussi sur le fait que certains tempéraments ne s’accommodent pas de l’oisiveté prolongée. C’est à peu près ce que disait Thibault quand il parlait de recherche de sens, et je m’y reconnais tout à fait.

    Après il y a un autre aspect, peu discuté dans ce topic : il y a des choses qui rapportent plus que d’autres, sur le net ou IRL, que tous ne sont pas prêts à faire, question de morale personnelle (no judgment).
    .-= Dernier article de Baptiste : Baptiste-L- Sil venait à qqun lidée de faire avaler 2-3L de pétrole aux membres du board de BP je ne pourrais mempêcher déprouver de la sympathie =-.

  • Ce que je trouve étrange dans cette discussion,c’est que je pense qu’on sait tous (y compris Boris, Baptiste et Thibaut) que la semaine de 4 heures est tout-à-fait *possible*…
    et à n’importe quel niveau de revenus.

    C’est juste qu’on a choisi de ne pas la vivre.

    Parce qu’on a la fièvre de l’entrepreneur, parce qu’on préfère bosser plutôt que bronzer, parce qu’on aurait l’impression d’être « fainéant » si on n’avait pas un « gros projet du moment ».

    Mais au final si on prenait le temps de se poser sur nos gros projets du moment, et d’avoir une pensée stratégique, cela changerait complètement notre façon de faire.

    Au fait Boris, en parlant de pensée stratégique :

    J’ai rencontré Rich Schefren ce weekend à Scottsdale, et il m’a demandé de te faire passer des remerciements et un message de sa part. Je t’appelle demain !

    Sébastien
    .-= Dernier article de Le Marketeur Français : Revenus de ce blog pour Août – 10 455 € =-.

  • Sur le web comme ailleurs, la base c’est le travail, sans travailler rien n’est possible. Quant à devenir un entrepreneur web a succès, le travail ne suffit pas, il faut de l’intelligence, le sens des affaires et bien d’autres choses moins maitrisables comme de la chance et du feeling…

  • Excellente discussion ! Merci à tous d’avoir partagé vos expériences et surtout à Boris d’avoir bien mis le pavé dans la mare. ;)
    .-= Dernier article de Jean-Philippe : Les 9 toiles du dsert 10 =-.

    • Boris
      Répondre

      @Jean-Philippe : Mais ce fût un plaisir. ;)

  • Voila un article qui aura au moins le mérite de susciter un peu de polémique et surtout beaucoup de commentaires.
    En ce qui me concerne je me retrouve dans beaucoup de temoignages notamment ceux de Thibault et Baptiste: des revenus importants en 2007/2008 grace en particulier à Adwords et l’affiliation, des semaines de 4heures, Tim Ferris Style et puis finalement avec 2009, envie de passer à autre chose de developper un business. Depuis je me consacre de plus en plus au conseil et à la creation de sites autorité (en anglais majoritairement) et cela m’apporte davantage de satisfactions meme si les revenus sont moindres et le travail plus important.
    En tous les cas, le plus important c’est de se sentir epanoui et de vivre la vie qu’on a envie de vivre, pas forcement celle imposée par les autres autour de soi et/ou la société.
    .-= Dernier article de Eric Sangerma : Search Engine Optimization with a Conscience and a Heart =-.

  • Un point que j’aimerais tout de même lever, c’est celui de la motivation. Pour ma part, je suis aussi près de 60 heures/semaine dans ce que je fais. Mais je n’appelle pas ça travailler. Cela me plaît tellement que je ne compte pas mes heures.

    Quand je me lève à 5h30 du mat, mon premier réflexe est d’allumer le pc.
    Je n’aurais pas pu en dire autant lorsque je bossais pour quelqu’un.

    Donc, une fois qu’on fait vraiment ce qu’on aime, les heures n’ont plus leur place dans le décompte. Les efforts, oui, la persévérance aussi, mais pas le travail au sens ‘dur’ où on l’entend souvent.

    Très bon article du reste ! :-)
    .-= Dernier article de MaxR de Maxadi : Autorépondeur =-.

  • Article très intéressant!

    @Alexis
    Intéressant cette citation je note!

    @Sosso
    Tout à fait d’accord

    @Boris

    Tout à fait d’accord avec toi sur Ferris. C’est du marketing, mais l’essence du marketing n’est-il pas de travestir la réalité?

    Cela ne fait que deux mois que je blogue réellement et en lisant ici et là, je me suis rendu compte vite de certaines limites.

    Tout d’abord, peu bosser pour avoir du temps et pouvoir notamment voyager cela fait rêver bq de gens. Ok, mais comme tu le dit,c ‘est beaucoup de travail, le net c’est chronophage. Peut-on devenir esclave de son job? Je crois. Certains veulent comme ils disent sortir de la rat race, mais cela l’est-il réellement quand tu fait 70h par semaine, que tu veut toujours plus de CA etc? Que tu veut toujours plus car tu augmentes ton train de vie?Où est la limite? Certains bloggeur, pour moi, ne se rendent pas compte de certaines contradictions.Il me semble que parler un peu philosophie n’est pas la tasse de thé de beaucoup. C’est pourtant important.

    Pour ce qui est du voyage, avoir un boulot qui te permet de bosser de n’importe où, c’est super c’est claire. Après, il ne faut pas oublier que beaucoup de ce temps de voyage va être monopolisé par le temps passé sur ton affaire oneline. Idem pour l’esprit. Un voyage comme cela est très diffèrent d’un voyage « libre » sans contraintes. Beaucoup rêvent de gagner de l’argent sur le net pour faire cela alors que cela n’est pas nécessaire…

    Enfin, sur le blogging, je trouve qu’il y a une certaine superficialité parfois. Les bloggeurs dans l’ensemble sont très langue de bois. Peu en fait osent dire vraiment ce qu’ils pensant par peur de perdre des visites de leurs collègues. En cela, finalement, c’est comme dans la vie réelle. Et je te parle pas de censure parfois. Ce qui me choque. Pas plus tard que vendredi, j’ai vu un commentaire (qui n’était pas du tout injurieux) supprimé sur un célèbre blog parlant de finances.
    .-= Dernier article de Fabrice : Conseils pour louer un scooter ou une moto en Thaïlande et ailleurs =-.

    • Boris
      Répondre

      @Fabrice : « les marketeurs sont tous des menteurs » comme dirait seth godin ? Bosser 60h par semaine pour sortir de la rat race, c’est un choix. Au moins on se crée sa propre rat race, faite de tâches et d’activités qu’on aime (en grande partie!). Mais tout le monde n’est pas fait pour bosser autant, subir l’insécurité liée à l’entrepreneuriat (où finalement tu démarres chaque journée face à une « page blanche »), et n’avoir aucune garantie de revenu à la fin du mois etc…

      @MaxR : 100% d’accord, ce qui rend ces + 60 h de boulot hebdo possibles, semaine après semaine, c’est la PASSION pour ce qu’on fait. A priori, quand tu es à ton compte, tu as une activité qui te plaît. Et donc bosser de longues heures est beaucoup plus facile et motivant que quand tu dois faire ces mêmes heures pour un patron…

      @Eric: Voilà deux avantages bien réels de la vie de (web) entrepreneur : aimer (en grande partie) ce que l’on fait et avoir cette liberté de tracer sa route.

  • Hé ben, ça fait plaisir de lire des belles discussions comme ça. ;-)

    @Romain : Le fait est que les niches sont plus ou moins rentables, notamment en fonction du sujet dont elles traitent… Si tu t’attaques à disons… la phobie des escaliers roulants… cela peut s’avérer difficile de rendre la chose profitable ! D’où l’importance, quand on adopte une stratégie de minisites / business automatisés, de bien faire ses recherches et, même, de se diversifier en menant plusieurs projets et en les testant, pour ne garder que ceux qui marchent vraiment. (Ceci dit, personnellement, j’ai tendance à penser que si cela ramène plus que ça a coûté, autant le garder ;-) !)

    @Thibault : « La clé, je crois, est aussi de réellement « grave kiffer » ce que l’on fait et que l’on construit. C’est une condition sine qua none. » Complètement d’accord ! On a quand même un métier formidable ! :-D
    .-= Dernier article de Pierre : Mise à jour – Noms de domaines avec et sans tiret =-.

  • Et bien, le débat est vraiment très intéressant!

    Je reste tout de même convaincu que travailler 60h, 100h par semaine est complètement inutile.

    On peut toujours travailler plus. Je trouve assez intéressant de faire le rapport de gain horaire. Si vous augmentez votre temps de travail hebdo de 50% pour gagner 20% de plus ce n’est pas vraiment un bon calcul.
    .-= Dernier article de Erwan : Le secret pour écrire régulièrement des articles sur son blog =-.

  • @Boris et @Baptiste : intéressant ! Je ne pensais pas que nous avions un parcours similaire. Il pourrait être intéressant que nous en parlions plus longuement…
    .-= Dernier article de Thibault Vincent : Sommeil polyphasique &amp Uberman – je dors deux heures par jour ! =-.

  • Stefan
    Répondre

    @Sosso : « Servir les autres avec vos capacités et vos dons uniques ». Pensez-vous le faire sur un blog ?

    @Boris : Au regard de l’engouement généré par ton article et de la richesse des commentaires, envisages-tu d’analyser d’autres mythes ? Il me semble que ton travail permettrait de lever bien des interrogations.

  • Tony
    Répondre

    Un peu de douceur dans ce « monde de brutes » :)

  • Tony
    Répondre

    Merci soso pour ton point de vu, personnellement je le trouve très intéressant :)

  • sosso
    Répondre

    Article intéressant,

    Cependant…

    Le concept du « il faut travailler dur et beaucoup pour gagner de l’argent » me semble être un vrai problème de société. En effet comment pourrait-on réfléchir autrement lorsque dans notre subconscient sont confortablement emmitouflées les pensées les plus terribles du style « tu crois que je ramasse cer argent? » « l’argent ne tombe pas des arbres », « il faut travailler dur pour réussir », « les fainéants n’arrivent jamais à rien  » etc…

    Je pense que nous avons dépassé l’ère de la survie par le travail « dur ». Si vous êtes assez ouvert d’esprit, vous observerez le très faible niveau niveau de fréquence des vibrations énergétiques en France et en Europe de manière générale. Cela signifie que globalement, nous n’avons pas encore dépassé l’ère du capitalisme, de la survie et du courage. Pourtant, cela tire à sa fin. Il est nécessaire que les gens se rappellent/retrouvent leur vrai raison d’être et soient payés gracieusement pour ça, et qu’on arrête d’avoir l’argent comme « objectif ». C’est un formidable outil et une énergie fantastique pour réaliser ses projets, et non une fin.

    D’autre part, il me semble que c’est une conception très masculine (le travailler dur), le fait d’utiliser cette énergie masculine à des fins de statuts et de pouvoir. Ce n’est pas une critique, simplement un constat. Les femmes sont semble t-il plus à la recherche de sens, de bien-être et ne veulent plus forcément du 9h-17h, ni « travailler  » 60 heures à 120 heures par semaine!! Vraiment??…

    Ces changements, je les ai observés de manière claire et irréversible depuis plusieurs années, non seulement aux Etats-Unis, mais aussi dans le monde anglophone en général.

    Pour finir, je suis certaine qu’on ne peut pas continuer à fonctionner de cette manière indéfiniment. Il me semble totalement improbable que nous soyons en vie, et surtout à ce stade de « développement » et d’expression de la Conscience pour « travailler dur », puis se reposer juste assez pour y retourner….ce qui est le lot de la plupart des salariés, mais aussi de la plupart des entrepreneurs, online, ou offline.

    Enfin, qu’appelle -t-on travail? Pour moi, mon « travail », c’est une des expressions de ma raison d’être sur cette terre. C’est au quotidien un mélange d’actions, de stratégie et de développement personnel, professionnel et spirituel (au sens strict du terme) pour servir les autres avec mes capacités et mes « dons » uniques.

    Que pensez-vous de ce point de vue féminin?

    Amicalement,

  • @Thibault : exactement pareil que toi, ton témoignage est extrêmement juste.

    2005/2006/2007, j’ai fréquemment fait des mois à plus de 10K sans plus trop de boulot (le gros ayant été fait en amont).
    Mais après, on s’ennuie, on a besoin de « sens ».

  • Ah, alors je rectifie, car ce n’est pas le ressenti que je voulais donner.

    1. J’aime toujours ce que je fais : liberté, flexibilité, totale indépendance. Mon discours n’est pas du à l’usure, mais à la prise de recul, aux expériences et à la lucidité à laquelle je m’astreins

    2. Par expérience, je le dis : je suis convaincu qu’on peut très bien sa vie sur le net; en toute connaissance de cause.

    3. mes sites me demandent moins d’efforts maintenant qu’ils sont en vitesse de croisière; mais pas des semaines de 4h lol; et c’est le décollage et la prise d’altitude qui demandent bcp d’efforts au début; après c’est plus smooth effectivement.

    Bcp d’argent rapidement sans trop d’efforts, même si ça existe encore, c’est rare et ça le devient chaque jour un peu plus.

    Maintenant, c’est
    1) idée viable et avec de la traction
    2) efforts plus ou moins intenses sur le long terme pour atteindre la masse critique qui fait que ça devient rentable et durable

    Après sur les efforts à fournir, là où je rejoins ces auteurs et différents intervenants sur cet article, c’est qu’il est intelligent d’optimiser et de rationaliser son travail. On en devient plus productif – mais ça ne dispense pas du nécessaire travail à fournir.

    Bon allez hop, j’arrête, sinon Boris va croire que je cherche à lui piquer la vedette !

    • Boris
      Répondre

      @Baptiste : bien au contraire, je suis ravi de te voir autant en verve ; )

  • Tony
    Répondre

    ok je vois, j’ai passé un mois à Palermo Hollywood aussi :) Pas loin :p
    Moi j’ai passé un an à Rosario, et un an à Tigre :)
    J’y suis encore allé en Juin et Août. Ma femme est argentine, donc ca aide :) Lol

    Oui c’est clair que c’était une très belle perf, j’avoue que mon père est assez doué pour les affaires :)

    • Boris
      Répondre

      @Tony : Tigre… j’y suis pas allé mais je m’en veux, c’était vraiment pas loin de BA…

      @sosso : point de vue intéressant sur le sujet, indeed.

      @Stefan : vais-je me transformer en chasseur de mythe ? : ) Je ne sais pas s’il y en a tant que ça mais celui-là, il est particulièrement présent et fallacieux, donc il méritait son article!

      @thibault : avec plaisir, mon mail est sur la page contact

      @Erwan : là , on est d’accord. C’est pour cela que je précise que la clé est de définir nos objectifs et priorités, et… Cela permet entre autre de savoir quand s’arrêter.

  • Tony
    Répondre

    Moi pour avoir relancé 2 boîtes effondrées avec mon père, et qui ont été des succès, les 35h on les faisait en 2 jours …
    Par contre effectivement, lors de la revente, x6 :)
    Si tu veux réussir, il faut bosser, il n’y a pas d’autres solutions, prendre des initiatives, mettre des choses en place.

    • Boris
      Répondre

      @Tony : j’étais dans palermo viejo, pas loin du zoo. : )
      ps : relancer une boîte et la vendre *6 : belle perf !

  • Tony
    Répondre

    Très intéressant ton article Boris, ainsi que vos différents points de vue :) Tu étais où à Buenos aires Boris ?
    J’ai vécu 2 ans en Argentine ;)
    A bientôt

  • Très bon article.

    Dont je partage une bonne partie de la vision.

    Effectivement, comme tu le dis, tout est une question d’objectif. Car l’argent et les revenus entrent en compte… mais pas que !

    Oui, on peut gagner pas mal d’argent sur le web sans travailler beaucoup. J’en fus une preuve vivante, où je générai « facilement » 2 à 3000 € mensuels entre publicité et affiliation avec seulement 4 à 6 heures de travail par semaine. Et j’ai des amis à moi qui font beaucoup plus – on parle d’un quart d’une somme à 6 chiffres – avec des sites et des projets qui nécessitent pour eux, désormais, pas plus d’une dizaine d’heures de travail hebdomadaire.

    Olivier est également un bon exemple de réussite. Mais si, dans son cas, pour parvenir là où il en est, il a dû travailler beaucoup plus en amont…

    Ce que je veut dire, c’est que oui, il reste encore des niches et des domaines où l’on peut bien gagner sa vie sur le web sans beaucoup travail. Et que les business automatisés, ça peut très bien se faire ! Affirmer le contraire est mal connaitre le web ou ne pas savoir comment travailler…

    Mais si on veut vraiment dominer le marché, construire quelque chose de vraiment gros, aller au delà des simples revenus pour créer une « entité qui a du sens », une entreprise dont on peut être faire, et bien, là, il faut y aller !

    J’en ai fait l’expérience. Avant, comme je viens de le dire, je gagnais facilement et assez aisément ma vie pour quelques heures de travail par semaine. Je passais mon temps entre les sorties, les amis, les voyages et les magasins de fringues. Mais j’ai eu envie d’autre chose. Ce que je veut dire, c’est que ce n’est pas aussi cool que ça en a l’air de « gagner de l’argent sans rien faire ».

    Bien sur, au début, ça nous éclate, et mener une vie sans devoir travailler est un vrai plaisir. Mais… assez vite, on est un peu en « perte de sens professionnel », on a envie de créer quelque chose de grand, de très gros, quelque chose qui dépasse l’aspect financier et dont on puisse être fier (plus que répondre… « je gagne de l’argent grâce à des sites sur les régimes et les assurances » quand on te pose la question)…

    Et pour cela, par contre, pas de mystère, il faut travailler… et souvent sans compter, même si les principes de productivité évoqués par Tim Ferriss sont très intéressants et peuvent beaucoup aider.

    Pour moi, cette « quête de sens professionnelle » et cette envie d’entreprendre « quelque chose de gros dont je puisse être fier » s’est soldée par la co-fondation d’une agence de conseil en marketing digital et monétisation. Je bosse beaucoup plus qu’avant… mais j’en suis très heureux !

    La clé, je crois, est aussi de réellement « grave kiffer » ce que l’on fait et que l’on construit. C’est une condition sine qua none.

    Si vous voulez devenir le meilleur joueur de poker du monde, le plus gros marketeur du secteur, construire une grosse entreprise qui règne sur son secteur… pas de secret, il va falloir aller au charbon. Vous pourrez gagner du temps en travaillant de façon pragmatique, et c’est une bonne chose, mais vous aurez tout de même besoin de travailler énormément.

    Pour moi, ce n’est pas un problème, j’adore cela.

    La seule question qui se pose c’est, quel est votre véritable objectif ?
    .-= Dernier article de Thibault Vincent : Sommeil polyphasique &amp Uberman – je dors deux heures par jour ! =-.

    • Boris
      Répondre

      @thibault : j’ai exactement le même parcours. Je gagnais plutôt bien ma vie (5-6K par mois) en ne bossant que 5 heures par jour grâce à des minisites nichés (ps: aujourd’hui le même résultat me demanderai plus de travail, le marché étant plus concurrentiel). Beaucoup de fêtes de voyages et de loisirs.
      Mais quand j’ai voulu construire une vraie boîte avec un projet qui a du sens et un impact… Mon emploi du temps a radicalement changé!

  • Ah mince alors, je travaille 60h/semaine sur le net sans rien gagner… Peut-être un livre à écrire moi aussi ;)

    Quand certains affirment que les gurus, ceux qui ont « réussi », ne préviennent pas que ce succès fut atteint au prix de nombreuses de travail :

    – C’est peut-être vrai sur les landing pages des produits qu’ils vendent,

    – Mais en creusant, on découvre qu’ils ont eux aussi beaucoup bossé pour en arriver là.

    C’est le cas de Yaro, de Gideon (son business partner), de John Chow… et de bien d’autres.

    Quand on prétend même que Yaro est un menteur, cela me surprend! Car, à le lire (son blog et son ebook) on sent bien qu’il y a mis de son temps et de sa chair.

    Boris, j’ai trouvé ton article très vrai.
    Mais j’ai ressenti certains témoignages (ceux de Baptiste par exemple) comme ceux de personnes un peu « usées » par le gros travail qu’une web entreprise demande. C’est dommage!

    Je me pose cette question : Peut-être qu’il est possible, sur Internet plus qu’ailleurs, de s’enfermer dans des tâches qui ne nous plaisent qu’à moitié alors que le succès de notre affaire pourrait se réaliser d’une autre manière…
    .-= Dernier article de Romain_LivresSanteDurable : Serons-nous Immortels Oméga 3- nanotechnologies- clonage… 2-3 =-.

  • Il y a quelques années, le positionnement était plus aisé, mais aussi beaucoup moins rentable ;-)
    .-= Dernier article de salemioche : Dropbox- sauvegarde en ligne =-.

    • Boris
      Répondre

      @salemioche : pas faux !

      @Romain : concernant ta dernière phrase. Je pense que c’est un danger qui guette tous les entrepreneurs, quelque soit le domaine

  • Merci pour cet excellent article

    La synthèse des post précédents résume parfaitement la situation a laquelle doit s’attendre celui qui souhaite développer une affaire en ligne ou autre. Du travail 24h/24 et 7j/7 soit 168 heures par semaine de mon coté car il faut oublier les horaires fixe du salariat.. Il faut travailler beaucoup plus pour obtenir plus financièrement ce n’est pas un secret mais le type de vie est tout a fait différent et c’est un énorme avantage.
    Le livre la semaine de 4h permet d’envisager de déléguer une partie des taches pour pouvoir se concentrer sur l’essentiel et donne des pistes a exploiter.

    Amicalement
    financierement
    .-= Dernier article de Rick : Le marketing un travail sérieux =-.

  • Effectivement, on n’a rien sans rien… mais on n’est pas obligé pour autant et de ruiner sa santé et sa vie sociale, du moins, pas à long terme (j’espère !).

    Personnellement, si je travaille très dur actuellement, c’est pour mieux déléguer les tâches les plus pénibles par la suite, et créer des effets de leviers. Je rejoins complètement Olivier là dessus.

    Je ne pense pas que Yaro Starack soit un menteur. Il le dit lui-même : il passe beaucoup plus de 10 ou 20 heures sur son ordinateur. Mais sans doute, à la différence de certains autres, ne prend-il en compte que son temps de travail productif…

    Par exemple, Jonathan Volk dit qu’il se réveille, checke ses emails, consulte ses stats et regarde combien il a engendré pendant la nuit. Et il fait ça jusqu’au repas de midi. Je ne trouve pas qu’il s’agisse là de travail spécialement productif ! (Même si tout affilié fait ça. ;-) )

    Il n’y a que les gogos qui croient sérieusement qu’ils vont gagner 50000€ le mois prochain rien qu’en achetant un ebook ! Les autres savent qu’il faut y consacrer son temps, sa passion et son énergie, comme dans n’importe quel autre business.

    La seule chose magique avec Internet, c’est qu’on peut commencer à partir de RIEN. Voilà le « rêve ».

    PS : il faut quand même un ordinateur, une connexion Internet, une carte bleue… et une grosse détermination en acier trempé.
    .-= Dernier article de Pierre : Mise à jour – Noms de domaines avec et sans tiret =-.

  • Respect @ Baptiste le GRAND :) Tout est dit !

    Et en résumé :

    « on a rien sans rien »

    Et

    « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs ! »

  • Je tiens à préciser que tous les web entrepreneurs ne sont pas Américains : Darren Rowse est Australien, Yaro Starak est Canado-Australien et Glen Alsopp est Anglais, entre autres…

    Après, je voudrais aussi préciser que Tim Ferriss dans son bouquin désamorce assez rapidement l’idée que quatre heures par semaine sont suffisantes : Son concept et que lorsque l’on fait ce que l’on aime, y passer du temps (ou pas) n’apporte pas la même satisfaction ou le même niveau de contrainte. Il vend surtout la liberté de bosser de n’importe où et n’importe quand.

    Et puis, si il dit aussi que 20% du temps apporteront 80% du résultat, il ne cache pas que les 20% restants prendront 80% du temps :)

    Après, mon esprit Américanisé m’incite à croire qu’il est vraiment possible de gagner pas mal d’argent sur le net sans faire trop d’efforts (une fois que la bonne idée et le bon système sont en place), mais je n’ai pas encore essayé assez fortement pour le vérifier !
    .-= Dernier article de Alain : Signes dAméricanisation massive =-.

  • Bien sûr qu’il y aura toujours de la place pour les gens inventifs, astucieux et motivés.

    Ce que je dis, c’est pas que le web est bouché (ça serait stupide). Ce que je dis, c’est que les temps où tu pouvais relativement facilement lancer un site et rencontrer relativement facilement le succès, sont terminés.

    Maintenant, il y a une concurrence féroce et bien formées aussi bien sur la technique que sur le marketing, et il faut désormais cravacher 2 à 3 fois plus qu’il y a 5 ans pour faire ta place. Je parle en toute connaissance de cause, j’étais déjà là il y a 5 ans, j’étais déjà là il y a 10 ans et comme Boris j’ai vu le web évoluer.

    Pour en revenir au discours des « gurus » du marketing : comme tous les gurus, que ce soit en marketing, en séduction ou quoique ce soit, ils charment en mettant l’accent sur le résultat et en occultant totalement l’absolue motivation et persévérance qu’il faut pour y parvenir. La sélection naturelle faisant son oeuvre, un faible pourcentage y parvient seulement – mais ça ils ne te le disent pas. Leur discours est de te dire que « grâce à leurs méthodes / outils / recettes / potions magiques révolutionnaires », ça devient plus facile.
    C’est à la limite de la malhonnêteté intellectuelle – mais je comprends que ça heurte ceux dont c’est le business.

    Lors des ruées vers l’or, ce sont toujours les marchands de pelles et de pioches qui font fortunes; les chercheurs eux ne trouvent pas tous la fortune – et prétendre qu’il suffit d’une bonne pelle, d’un bon tamis et d’un peu d’astuce pour trouver de l’or, c’est bullshit. Ce qu’il faut c’est
    1. Creuser au bon endroit
    2. Avec les bons outils CERTES
    3. Mais creuser souvent, creuser longtemps, creuser profond

    … et pour 100 trous que vous creuserez, vous trouverez peut être de l’or… 1 fois ou deux.

    Adage d’entrepreneur : « Fail often to win sometimes ».

    No magic bullet.

    Pour répondre aux gens qui s’en sortent sur le web : je vais partie de cette catégorie moi aussi.

    Mes revenus web m’ont permis de payer mes études supérieures, de très beaux voyages et un lifestyle très confortable. Mais je sais que je le dois à mon travail.

    Et rien ne dure, car dans le web, comme dans la vie en général, tout change.

    Votre énergie, votre inspiration, vos disponibilités, votre environnement concurrentiel, le contexte sociétal, l’environnement légal, votre audience, qui évolue et dont les besoins et attentes changent dans le temps…

    Et si effectivement je peux lever le pied un peu aujourd’hui, je ne suis pas dupe : je ne suis pas à la retraite à 28 ans.

    Si je m’arrête de travailler, je profite d’une certaine inertie pendant un certain temps, mais les concurrents, féroces et nombreux, qui veulent votre place et votre lifestyle, ne tarderont pas à vous rattraper si vous passez trop de temps les doigts de pieds en éventail. Vous n’êtes pas tous seuls dans le bac à sable.

    Vous voulez être web-entrepreneurs ? CA c’est la réalité de l’entreprise.
    Harder better faster, our work is never over, parce que quand tu t’arrêtes pour faire un séjour à Hawaii, le mec en face, lui, mets les bouchées doubles => RAT RACE !

    Finalement, le seul reproche que l’on puisse faire aux gurus, c’est de vendre le rêve sans prévenir que le succès se fait au prix de nombreuses heures de réflexion et de travail.

    Voilà j’ai fini :)
    Sur ce, pour pas terminer sur une note « vieux con / tout vu tout fait / c’était mieux avant », je serai ravi d’échanger avec d’autres web entrepreneurs, jeunes ou plus expérimentés !

  • Super article Boris, tu as mangé du lion ? :)

    En tout cas tout à fait d’accord avec toi, pour monter un business qui tourne bien c’est beaucoup de boulot et c’est pour ça que je n’ai jamais été fan de Ferriss, rien qu’à voir la débauche d’énergie dont il a fait preuve pour vendre son livre, qui lui fait gagner beaucoup d’argent !

    Après il faut pondérer, en rappelant que, comme le disait Seb, que ce soit sur Internet ou non, pour monter un business avec succès il faut bosser beaucoup, y a pas de mystère.

    Autre chose, une activité sur le web ça permet quand même une certains mobilité géographique, et je compte bien en profiter vu que je pars en Colombie dans deux semaines !

    Par contre le discours « c’était plus facile avant maintenant c’est bouché » c’est un peu fatigant, il y aura toujours de la place pour de l’innovation, et d’ailleurs je le prouve tous les jours :)

    • Boris
      Répondre

      @Aurélien : on a récemment eu une discussion ensemble sur ce sujet, donc ce post sur MBC t’as du le sentir venir ; )
      Sur la mobilité géographique, c’est très vrai surtout au début. Tu le sais, j’étais parti 2 mois à Buenos Aires début 2008 et je bossais de là-bas. A mesure que ma boîte s’agrandit (et mon équipe avec), ça devient néanmoins plus compliqué. Mais sur le principe Internet permet une mobilité que très peu de types de business autorisent.

      Concernant le « c’était mieux avant », je te rejoins sur le fait qu’on est encore en plein far-west avec beaucoup d’opportunités non exploitées sur le web.
      En revanche je rejoins Baptiste: par rapport à 2003 (quand j’ai débuté), où les click adwords étaient à 5 cents, où l’ on pouvait se référencer sur des mots clés concurrentiels avec des techniques simplistes de keyword stuffing, et où la plupart des niches étaient inoccupées, la difficulté pour percer et gagner de l’argent s’est significativement accrue. Mais on est LOIN d’être face à un marché sclérosé ! :)

      @Baptiste : cet article t’as inspiré ! t’aura bientôt écrit plus de mots que moi. ; ) Merci pour ta contribution et de partager ton expérience déjà longue sur le web.

      @Alain : je t’invite à essayer alors . Je pense que t’arrivera aux mêmes conclusions que moi ; )

      @Pierre : yes c’est l’un des points forts du web que je ne retrouve pas dans un autre secteur : l’investissement est encore minime pour débuter.

  • Bonjour,

    « beaucoup de travail et de persévérance », je suis d’accord mais il existe aussi des alternatives, il y a aussi le fait de faire un bon placement qui rapporte beaucoup avec un peu de temps. Malheureusement, ces infos sont difficiles à partager car elles n’inspirent pas confiance, le tout est d’être là au bon moment…

    Patrick
    .-= Dernier article de objectifweb : Commentaires sur Comment devenir riche par Face2Bouk » Comment devenir riche =-.

  • De toute façon, pas de secrets.
    Que ce soit sur le net ou pas, si on veut réussir il faut (beaucoup, beaucoup) bosser.
    Ceux qui promettent le contraire sont des charlatans ou des gagnants d’Euromillions :D

  • Je confirme qu’il faut beaucoup de travail pour monter un business sur Internet. Mais quand on a pour objectif de monter un business automatisé, une fois atteint un seuil, on peut relâcher la pédale.

    Je n’ai pas encore complètement automatisé mes process, mais j’ai déjà pu *largement* relâcher la pression pour profiter de la vie et mon entreprise génère environ 10 000 € de CA par mois actuellement. C’est ce qu’elle a généré quand je suis parti un mois dans le Pacifique, et je n’ai vraiment travaillé que la première semaine :-)

    Donc oui c’est possible. Ces gourous américains qui « vendent du rêve » le vivent, en général. La première raison de l’échec de ceux qui n’y arrivent pas est tout simplement de ne pas y croire. Suspendez votre scepticisme et essayez vraiment d’y réussir, et après un travail acharné, vos business tourneront pour vous.
    .-= Dernier article de Olivier Roland : Des Livres Pour Changer de Vie a 2 ans ! =-.

  • c’est marrant ca me rapelle encore de belle histoire qu’on trouve sur le net avec la facon de gagner 30 k $ / mois sans rien foutre ;-) et oui moi aussi je travaille 7/7 mais apres quand ca plait on compte plus !

  • Pour tout te dire, je connais Yaro, il est super relax. Son train de vie colle vraiment à son discours – sinon tu te fais griller rapidement d’ailleurs.
    Bien sur, il a travaillé dur (nuit blanches et compagnie) pendant une période pour construire sa prééminence et ses asset.

    Maintenant, il se concentre sur l’écriture, le contenu et les relations avec les autres marketeurs. Il délègue vraiment beaucoup le reste.

    Il mène bien son truc, c’est pas le plus riche, mais il a un style de vie qui est cohérent avec son image.
    Voilà, et puis laisse nous rêver un peu Boris quand même. Tu vas nous faire flipper avec tes articles :)
    .-= Dernier article de Alexis : Faites partie des 3 =-.

  • Pas sympa de casser le mythe ! Et accessoirement le fond de commerce de certains… ;-)
    Et même si on a l’idée du siècle, qu’on arrive un jour à l’exploiter pour en vivre sans trop se fatiguer, il aura fallu bosser dur avant d’arriver là.
    Après ça dépend aussi de son niveau de vie. Dans ce pays si tu bosses légalement, tu ne vis pas correctement avec 1000€ par mois et je ne suis pas sûr qu’hormis les gens dont c’est le job, beaucoup atteignent cette somme.
    Mais l’homme aime rêver, ça aide à supporter le quotidien, c’est pour ça aussi qu’il y a le loto… :-)
    .-= Dernier article de DavidB_riche-et-heureux.fr : Que recherchent les lecteurs de votre blog =-.

  • Boris et moi faisons le même métier – et dans les mêmes thématiques qui plus est.

    Quoiqu’il en soit, nous sommes tous les deux des self-made entrepreneurs du web. Nous vivons tous les deux des revenus générés par nos sites… et ces sites, il a fallu les construire, et ça s’est fait à coup de nuits blanches et de week ends passés devant l’écran.

    Par ailleurs, nous l’avons fait à un moment où il y avait encore bcp de place sur le web.

    Aujourd’hui, le net s’est professionnalisé, la concurrence s’est durcie et densifiée, on a en face des pros du spam et du SEO bien cradingue qui peuvent te faire sortir un site sur des requêtes ultra concurrentielles en top 3 en quelques jours à peine, grâce aux réseaux de centaines de blogs fantômes qu’ils savent générer en quelques clics…

    Bref, faire de l’argent aujourd’hui sur le web, tu fais comment ?

    1) tu bosses, tu bosses, tu bosses (et quand t’as du temps libre, t’en profites pour bosser un peu plus) – autrement dit, il faut être sacrément motivé et passionné

    2) tu crées un blog où tu parles d’argent facile, de lifestyle « je voyage autour du monde grâce à mon blog », tu parles de semaines de 10h ou de 4 jours, de super-rentabilité grâce à l’optimisation de ton temps et l’automatisation de ton business, et tu grapilles 300 à 500€ par mois difficilement en vendant des méthodes d’affiliation écrite par des gars qui font le même business que toi. Système pyramidal à donf. Tu vends du rêve, tu fais croire que… Et tu occultes tout à fait le fait que tu luttes pour exister dans la boucle des bonimenteurs du nouvel eldorado marketing orienté affiliation.

    Désolé pour le côté vieux con, c’est pas aussi glam que de prétendre faire de la tune sans bosser, mais hé, c’est comme l’ile aux enfants dans Pinnocchio : si c’est trop beau pour être vrai, c’est peu probable que ça soit vrai.

    Et pour 1 guru qui fait de la tune, il faut des 1000ers de mecs qui croient à ce qu’il raconte, et qui payent à prix d’or les conseils qu’il vend – et qu’on trouve dans n’importe quel bouquin de marketing.
    .-= Dernier article de Baptiste : Baptiste-L- Intéressant – modifier la structure de vos liens internes peut avoir un effet dévastateur sur votre référencement – http-htly-2X6XM SEO =-.

    • Boris
      Répondre

      @Baptiste : je crois que je vais ajouter ton commentaire directement dans l’article ! ; ) Voilà une explication très claire du phénomène que je voulais « dénoncer ».

      @DavidB, Alexis : oublie tout ce que j’ai dit, en fait le web, c’est l’eldorado. En deux heures par jour ultra-efficaces/optimisées à causer sur les médias sociaux, tu peux amasser la fortune du sultan de brunei en 6-8 mois. ; ))

      @Olivier : effectivement, tu peux un peu « relâcher la pédale » une fois un seuil atteint. Mais pour atteindre le suivant, tu seras obligé de t’y remettre à fond. Et plus encore, si tu relâches trop la pédale, tu seras vite rattrapé car sur internet, les barrières à l’entrée sont encore quasi inexistantes. Pour cartonner, « y croire » est fondamental mais pas suffisant. Monter une belle entreprise on ou off line et vraiment s’enrichir via sa boîte demande un travail, une persévérance et une détermination hors norme. D’ailleurs tu le dis : « après un travail acharné ». On ne peut pas, AMHA, passer outre cette phase.

      Mais effectivement, ton propos rejoint ma conclusion. C’est une question d’objectif. Si tu recherches juste des revenus complémentaires, ou qu’un certain niveau de revenu te satisfait pleinement, et que ta priorité est de voyager ou de t’occuper de ta famille, tu n’as pas besoin de bosser ad vitam 12h / jour sur ta web-entreprise.

  • Nous sommes dans un environnement concurrentiel. Donc nous ne devons pas être bons, nous devons être meilleurs que les autres. Il n’y a que 10 places dans la première page et Google (et une qui compte vraiment), il y des économies d’échelle qui font que le leader est généralement favorisé, etc.
    Donc pour travailler 4h/semaine, il faudrait abattre plus de travail que ce que font nos concurrents en 50h. Même une bonne organisation ne peut pas réussir cela, ou alors nos concurrents sont vraiment des abrutis. Et je ne sais pas pour les vôtres, mais les miens, je sais qu’ils ne le sont pas.
    .-= Dernier article de Seb du Japon : Peinture sur soie pour kimono – le jour où j’ai essayé =-.

  • @Baptiste
    Oui c’est tout à fait ça on peut pas demander au cerveau de faire plus qu’il ne peut le faire, il faut s’accorder des moments de detente et de réflexion comme je fais maintenant en venant ici mettre mon grain de sel !!
    Réflechir fait grandir, savoir s’arrêter pour mieux repartir…, j’essaye d’enseigner ça mes enfants, même si c’est pas toujours facile à mettre en pratique
    On est pas des robots (enfin pas encore)
    Bon aller les gars j’y retourne :)
    .-= Dernier article de camikat : Création de site Internet lyon =-.

  • L’approche de Tim Ferriss est séduisante même si elle reste avant tout idyllique. Néanmoins au vue des compétences et divers expériences acquises par Tim Ferris, elle semble efficace. Peut-être que son lifestyle est de se dégager d’un maximum de tâches « déléguables » et de profiter de ses loisirs…

  • Tu as raison, on en peut pas forcer son cerveau. Mais on peut l’aider à être plus productif: éliminer les distractions (email, téléphone, internet ouvert, etc..), se fixer un objectif clair et chiffré dans le temps et au bout s’accorder une carotte.
    .-= Dernier article de Erwan : Les 4 astuces pour créer un blog à succès =-.

  • Je ne sais si vous avez lu, mais il y en a un qui travaille 10 à 20h/semaine : Yaro Starak.

    Il sait très bien qu’il pourrait gagner plus d’argent en travaillant 60h/semaine.
    Mais pourquoi faire ?
    Aujourd’hui, il joue au tennis le lundi après-midi, « hang out », délègue la lecture des mails…

    L’idéal serait de travailler dans un domaine qui nous valorise – donc forcément on passera plus de temps dessus. Mais il faut aussi prendre en compte cette notion d’aliénation au travail. Qui est capable de prendre 5 jours off sans se soucier de son business ?

    « Tous les hommes se divisent, et en tout temps et de nos jours, en esclaves et libres; car celui qui n’a pas les deux tiers de sa journée pour lui-même est esclave, qu’il soit d’ailleurs ce qu’il veut : homme d’État, marchand, fonctionnaire, savant. – ou webentrepreneur – » Nietzsche

    Donc, bien vu cette notion de lifestyle à définir avant de se retrouver embourber dans les obligations.
    .-= Dernier article de Alexis : Faites partie des 3 =-.

    • Boris
      Répondre

      @Alexis : yaro fait partie de ces gourous US qui te vendent un rêve : celui de travailler peu, d’être libre et de gagner beaucoup. Yaro est le seul à ne pas avoir répondu honnêtement à son interview pour une bonne raison : tout son discours marketing est basé sur ce rêve.

      Comment peut-il écrire des articles de 2000 mots tous les 3 jours, faire une promo de malade pour son blog, négocier des sponsors pour son blog, et faire des gros lancements des infoproduits tous les 6 mois en travaillant aussi peu ? NE CROIS PAS TOUT CE QUE TU LIS. Une industrie entière s’est bâtie sur ce mensonge aux US : de TIm ferris à Frank Kern en passant par yaro. Ce n’est ni honnête ni sain vu les idées que ça met dans les tête des lecteurs, qui après cela, culpabilisent et dépriment de ne pas être aussi « doués » et de ne pas réussir à atteindre ce lifestyle conte de fée.
      Tous les autres interviewés sont unanimes : pour atteindre cette taille, ils ont cravaché et continuent de le faire.

      @Seb : on vie dans la même réalité.

  • Erwan, il y a du vrai dans ce que tu dis; tu mets le doigt sur un truc tout à fait pertinent; MAIS le cerveau humain ne PEUT PAS être à 100% concentré sur des tâches uniquement productives.

    On peut apprendre à être plus concentré, à être plus efficace, mais tu auras forcément sur ta semaine, un bon nombre d’heures pendant lesquelles tu ne PRODUIS pas, mais pendant lesquelles tu réfléchis, tu internalises, tu conceptualises, consciemment ou inconsciemment.

    La croyance selon laquelle on peut à loisir se transformer en machine pour accomplir en 10h l’équivalent de 5 ou 6 fois plus, est pour moi une utopie. Le cerveau humain n’est pas un outil maléable à souhait qu’on peut presser comme un pamplemousse lorsqu’on veut en extraire le jus…

  • C’est un point de vue intéressant mais sur ces 60h par semaine combien sont vraiment productives? Combien d’heures effectuées pour générer vraiment du profit au bout? Pas plus de 20%, je suis prêt à le parier. Le reste est soit inutile, soit du vagabondage de l’esprit.

    C’est aussi un marquage dans l’esprit de beaucoup de gens. Pour gagner beaucoup, il faut travailler beaucoup. L’important n’est pas de travailler beaucoup mais de travailler efficacement.

    Le marquage reste aussi assez fort dans l’esprit de certains entrepreneurs qui pensent que si ils ne travaillent pas plus que les autres, ils seront moins bien récompensés.
    .-= Dernier article de Erwan : Les 4 astuces pour créer un blog à succès =-.

    • Boris
      Répondre

      @Erwan : je suis aussi un fan de la théorie du 20/80 qui est absolument splendide… sur le papier!

      comment vraiment savoir à l’avance quel site, quel produit ou quel partenariat va rapporter 80% de ton CA. Les succès n’arrivent que rarement là où on les attend. Et donc il faut tester beaucoup avant de trouver les 20% d’actions qui font 80% de résultat.
      Non seulement il faut être efficace comme tu le soulignes mais il faut aussi beaucoup bosser. La vraie pensée dangereuse est au contraire de croire que l’on peut monter une entrepreise à succès online ou offline en bossant peu. Toutes les vrais réussites du web que je connais bossent énormément.

  • Les success-story sont rares et en général elles sont présentées alors que l’instigateur du projet sirote un cocktail et présente une vie idyllique. Mais on fait trop souvent l’impasse sur le travail en amont et les responsabilités passées et présentes. Monter un projet d’entreprise engendre beaucoup de risques à bien des niveaux ( financiers, familiaux, stress, … ).
    Il faut prendre tout ca en compte et se rappeller que plus l’ascension est longue, plus les efforts sont importants.
    .-= Dernier article de rss directory : Nouveau flux RSS de la catégorie Actualité et outils e-commerce =-.

  • Salut, je confirme.

    Croire qu’on peut réussir sur le net sans avoir à passer de longues nuits blanches, c’est faire preuve d’une extrême naïveté.

    Vous aurez parfois – rarement – des périodes très fastes, lorsque, par chance vous aurez trouvé une niche rentable sur laquelle est il facile de se positionner, mais j’ai tendance à croire que cela n’existe plus ou quasi plus.

    Je suis très circonspect face à tous ces blogs qui pullulent, qui expliquent qu’il est possible de bien gagner sa vie sans faire trop d’efforts, juste en faisant de l’affiliation. Ce sont les bonimenteurs du siècle. Avant ces gens là vendaient des remèdes miracles sensées soigner tous les maux – aujourd’hui, ils vendent des méthodes miracles.

    No magic bullet ! Je gagne ma vie sur Internet depuis plusieurs années, mais ça m’a coûté quelques cernes et un déficit de sommeil certain.

    Ceci dit, pour rien au monde je ne renoncerais à ça : on y gagne liberté, indépendance, la possibilité d’être créatif et de voir le fruit de ses efforts prendre vie et grandir, et ça, ça vaut toutes les nuits blanches du monde.

    Bon article mister ;)

  • Bien vu cet article, merci !
    Perso je suis loin du compte (donc très, très petite joueuse ! :)) mais c’est mon choix, ma vie de famille avant tout !
    Et aussi il faut avant l’aspect financier que ça reste une passion avant tout ! Tous ces gens sont à la base des passionnés et c’est surtout comme ça qu’ils ont réussit, l’argent a suivi…
    La reflexion « lifestyle » est primordiale par ce que après il ne faut pas se plaindre !!!
    .-= Dernier article de camikat : Création de site Internet lyon =-.

    • Boris
      Répondre

      @camikat : le but n’est effectivement pas de courir après l’argent mais de choisir un niveau d’activité cohérent avec ses « aspirations supérieures »

      @Baptiste : Merci. C’est effectivement ce types de blogs et d’articles auxquels tu fais référence qui m’ont donné envie d’écrire ce post. « No magic Bulllet » : je suis 100% d’accord avec cela.

      @rssdirectory : analyse juste et saine

Postez votre Commentaire

Votre Commentaire

Nom*
Site Web